Homophobie, sexisme, «pensée merdique»: Marina Foïs en cinq prises de position

CINEMA Marina Foïs est particulièrement appréciée du grand public pour son franc-parler et sa repartie cinglante...

F.R.

— 

Marina Foïs au Festival de Cannes, le 13 mai 2018.
Marina Foïs au Festival de Cannes, le 13 mai 2018. — NIVIERE/VILLARD/SIPA
  • Marina Foïs est ce mercredi à l’affiche du film « Une intime conviction ».
  • L’actrice est particulièrement appréciée du grand public, en raison de son talent mais aussi de ses prises de position franches.
  • Ces derniers mois, la comédienne s’est exprimée clairement sur l’homophobie, le sexisme, l’accueil des réfugiés, les polémistes du petit écran…

Tous fans de Marina Foïs. L’actrice, à l’affiche ce mercredi d’Une intime conviction, un thriller judiciaire sur l’affaire Viguier, semble faire l’unanimité. Au palmarès des personnalités féminines préférées des 18-30 ans organisé par 20 Minutes en partenariat, elle est sur le podium, derrière Elise Lucet et Florence Foresti. Society lui consacre la une de son prochain numéro à paraître jeudi : « Il était une foïs Marina : l’enfance, l’humour, les porcs, la mort ». Slate de son côté a listé ses qualités dans un article intitulé « Pourquoi adore-t-on Marina Foïs ? » Outre son talent de comédienne, ce qu’on apprécie chez elle, c’est sa repartie cinglante, son franc-parler et ses prises de position. Sur les réseaux sociaux ou en interview, elle s’éloigne du blabla promotionnel policé. Démonstration en cinq exemples.

  • « Plus que 1 an et 14 jours pour coucher avec Yann Moix »

Début janvier dans Marie Claire, Yann Moix  balance tranquillou qu’il est « incapable » d’aimer une femme de 50 ans. « Je trouve ça trop vieux », insiste l’écrivain pour qui les quinquagénaires sont « invisibles » à ses yeux. L’ex-chroniqueur d’On n’est pas couché a essuyé de nombreuses critiques, mais c’est sans doute Marina Foïs qui lui a adressé le meilleur tacle en tweetant, le 7 janvier : « Plus que 1 an et 14 jours pour coucher avec Yann Moix. Inch’Allah ça se fait ».

  • « Zéro vanne homophobe. Zéro vanne raciste. Et pourtant, on rit beaucoup »

« Ça m’énerve quand [Philippe] Lacheau et [Tarek] Boudali, qui ont triomphé avec Babysitting, une comédie que j’adore et qui a fait des millions d’entrées, font ensuite Epouse-moi mon pote. C’est un film qui véhicule des clichés éculés sur des homos et un Marais qui n’existe plus. Ça me fait chier, parce que je les estime, qu’ils ont du pouvoir et un public. Mais notre parole est publique. On a une responsabilité », a dénoncé Marina Foïs en novembre dans les colonnes de Têtu. Des propos qui font écho à ceux qu’elle a tenus sur le plateau de « Quotidien » en octobre lors de la promotion du Grand Bain. « C’est une comédie qui ne fait pas rire en se moquant. Zéro vanne homophobe. Zéro vanne raciste. Et pourtant, on rit beaucoup. (…) On rit avec et pas contre », faisait-elle remarquer au sujet du film de Gilles Lellouche.

  • « Aurais-je autant de commentaires sur ce post hétéro 100 % méga straight ? »

L’homophobie ne prend pas de vacances. En août 2018, Marina Foïs poste sur Instagram un cliché de Tom Bianchi montrant quatre hommes en maillot de bain s’étreignant les uns les autres. Un homo-érotisme soft qui n’a pas été du goût des internautes qui, en plus de réagir avec des commentaires haineux, ont signalé le post en masse, conduisant le service de modération d’Instagram à le supprimer.

L’actrice a ensuite publié une autre photographie de Tom Bianchi montrant une nouvelle étreinte masculine en bord de mer, tout en s’indignant du fait que la communauté Instagram a censuré la précédente photo de l’artiste. Entre-temps, elle a posté une autre image la montrant embrassée par Romain Duris sur scène dans le cadre de la pièce Démon. « Aurais-je autant de commentaires sur ce post hétéro 100 % méga straight ? » Spoiler : non.

  • « Protégeons les humains, pas les frontières »

« Protégeons les humains, pas les frontières », tel est le slogan du spot du Collectif pour une nation refuge (CNR) réalisé à titre gracieux par Matthieu Tribes, en novembre 2017. Marina Foïs et Mathieu Kassovitz incarnent un couple piégé dans un appartement en feu avec leurs enfants. Lorsqu’ils pensent pouvoir s’échapper, la porte est obstruée par un mur de parpaings. Cette vidéo, diffusée sur les réseaux sociaux, établit un parallèle avec le sort des réfugiés qui, en fuyant leurs pays, se confrontent à des barrières et des murs concrets ou symboliques.

  • « La pensée merdique, c’est comme l’humidité, ça infuse »

Décembre 2016. Invitée du Gros Journal de Mouloud Achour sur Canal+, Marina Foïs dit tout haut le mal qu’elle pense de certains polémistes : « J’en veux beaucoup aux médias qui donnent trop la parole aux gens qui portent un discours de merde et qui sortent des bouquins débiles pour véhiculer de la merde. » Et d’enfoncer le clou : « La pensée merdique, c’est comme l’humidité, ça pénètre, ça infuse et il faut absolument empêcher l’infusion. »

La comédienne poursuit non sans se remettre en question : « Il m’est arrivé de faire l’émission de Ruquier [On n’est pas couché], avec Zemmour en plateau. Pourquoi je ne me suis jamais levée en disant : "Excusez-moi, en fait j’ai les oreilles propres, j’ai envie de les garder propres, je reviens quand monsieur a terminé" ? Pourquoi on est si soumis ? Qu’est-ce qui se passe ? C’est ça ma question. »