Nicola Sirkis, le chanteur d'Indochine, en décembre 2018.
Nicola Sirkis, le chanteur d'Indochine, en décembre 2018. — ADAKA EDMOND/SIPA

TARIFS

Nicola Sirkis d’Indochine épingle la vénalité de certains artistes

Invité dans « C à vous » ce jeudi, Nicola Sirkis a évoqué le prix exorbitant des places de concert « des artistes qui se défiscalisent »

Indochine propose à ses fans des tarifs abordables. A 45 euros la place maximum, les billets pour les deux dates complémentaires de leur tournée « 13 Tour » au stade Pierre-Mauroy de Villeneuve d’Asq se sont écoulés en quelques heures. Invité pour la première fois dans C à Vous ce jeudi, le leader de la formation, Nicola Sirkis, a expliqué pourquoi Indochine applique ces tarifs et a raillé ceux qui se font plus de marges sur la vente de billets.

« On ne taxe pas, on ne surtaxe pas le public parce que je trouve ça totalement incohérent. Nous, on fait de la musique. La musique, c’est pour apporter un moment d’évasion, un moment où tout peut être permis », a expliqué le leader d’Indochine.

« Pour des artistes qui se défiscalisent »

Il y a quelques années, le chanteur avait dénoncé la revente au-delà du prix affiché sur le billet, il a cette fois-ci lancé une pique aux artistes qui pratiquent des tarifs exorbitants pour leurs concerts : « Déjà je trouve que 45 euros c’est supercher, et à partir du moment où on maîtrise les chiffres, on essaye, c’est un long combat. On sait qu’au-delà c’est pour enrichir, c’est pour des artistes qui se défiscalisent, c’est tout ce que nous on n’aime pas ». « Moi, je n’ai pas besoin de plus, du moment que tout le monde est payé. On arrive quand même à faire des super concerts de trois heures et puis avec beaucoup de projections », a conclu l’artiste.