Chris Brown: «Il m’a attrapée violemment par le bras», raconte l’accusatrice du rappeur

TEMOIGNAGE « Le Parisien » a rencontré la jeune femme qui accuse la star américaine de l’avoir violée…

L.B.

— 

Chris Brown, le 20 octobre 2018, en concert à Los Angeles.
Chris Brown, le 20 octobre 2018, en concert à Los Angeles. — KEVIN WINTER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

La garde à vue de Chris Brown a été levée mais l’accusatrice maintient sa version des faits dans les colonnes du Parisien mercredi soir. Cette garde à vue, pour « viol aggravé » et « infraction à la législation sur les stupéfiants », avait démarré lundi. Au cœur de l’enquête : les accusations portées par une femme de 25 ans, qui affirme avoir été violée par l’artiste américain de 29 ans, un de ses amis et son garde du corps, dans la nuit du 15 au 16 janvier, au Mandarin Oriental, un palace du 1er arrondissement de la capitale.

Dans cette interview, Karima, qui n’était pas spécialement fan de la star, raconte « son cauchemar ». Après avoir passé la soirée un peu seule car elle ne connaissait personne, elle décide de rentrer, mais son téléphone lui avait été confisqué.

« Il m’a poussée dans un dressing et m’a violée »

« Il m’a attrapée violemment par le bras, mon bras droit, sur lequel j’avais des bleus, comme la police l’a constaté. Il m’a poussée dans un dressing et m’a violée, confie-t-elle au quotidien. Ensuite, j’ai voulu m’enfuir, mais je n’avais pas mon téléphone. Ils nous avaient été confisqués. Sauf qu’ils n’étaient plus dans la suite. J’ai demandé au garde du corps de me le rendre. Il m’a dit qu’ils étaient dans sa chambre. Nous sommes descendus au sixième étage et, là, ça a recommencé. De même qu’avec un autre proche de Chris Brown​, encore une fois dans la chambre de ce dernier au sixième ».

Elle dément pratiquer l’escorting. Elle a obtenu deux licences de langue et a commencé des cours de théâtre en septembre.