VIDEO. Catherine Meurisse: «Je suis facile à dessiner puisqu’il suffit de quatre traits noirs pour faire mes cheveux»

COURS DE DESSIN Catherine Meurisse a dessiné, en direct dans les locaux de « 20 Minutes », le personnage principal (elle-même, petite fille) de son album « Les grands espaces » qui concourt en sélection officielle du prochain festival de la BD d’Angoulême…

Olivier Mimran

— 

L'album Les grands espaces et son auteure, Catherine Meuriss
L'album Les grands espaces et son auteure, Catherine Meuriss — Couverture © C. Meurisse & Dargaud 2018 / Photo © R. Scaglia

« Je suis facile à dessiner puisqu’il suffit de quatre traits noirs pour faire mes cheveux », rigole Catherine Meurisse au moment d’attaquer l’illustration qu’elle est venue réaliser dans les locaux de 20 Minutes. L’auteure de La légèreté, paru en 2017 et dans lequel elle racontait sa reconstruction après les attentats de Charlie Hebdo, s’y représente en minuscule enfant au cœur d’une végétation luxuriante.

Écoutez Catherine Meurisse expliquer pourquoi et comment elle dessine la Nature dans cette vidéo accélérée de sa « leçon de dessin » exécutée en direct, il y a quelques jours, via Facebook Live…

Souvenirs d’enfance à la campagne

Pour mémoire, Catherine Meurisse raconte, dans Les grands espaces, ses souvenirs d’enfance à la campagne, entourée de pierres, d’arbres, et avec un chantier sous les yeux : celui de la ferme que ses parents rénovent, afin d’y habiter en famille… Là-bas, elle découvre la nature, l’art et la littérature, qui deviendront peu à peu les « fondations » de sa future vie d’adulte.

Comme La légèreté, Les grands espaces est un album autobiographique. Une veine que l’auteure promet pourtant, à un internaute qui lui demande si un tome 2 est prévu, de ne pas poursuivre « car l’autobiographie n’est qu’un prétexte pour parler de nostalgie, de transmission, etc. Mais je pense que j’ai assez parlé de moi, maintenant ».

Une vocation précoce

Comme La légèreté, Les grands espaces regorge de références littéraires. « Dans cette ferme que mes parents retapaient, il y avait de vieux livres illustrés par Gustave Doré, Granville, des livres qui venaient de chez ma grand-mère et qui sentaient l’humidité - une odeur que j’adore, mais uniquement dans les vieux livres (rires). Ils m’ont beaucoup marquée, et c’est probablement eux qui ont fait naître ma vocation de dessinatrice. »

A une autre internaute qui lui demande, en direct, quel est son « top 3 » de la sélection officielle du festival de la BD d’Angoulême (donc de potentiels vainqueurs du Fauve d’or du meilleur album, qui sera décerné le soir du samedi 26 janvier), Catherine Meurisse cite Indélébiles, de son ami Luz, « un livre génial, drôle, vivant, sincère et généreux ; exactement à l’image de son auteur »… avant de compléter son podium avec Charlotte impératrice de Fabien Nury et Matthieu Bonhomme (qui viendra dessiner en direct à 20 Minutes le vendredi 18 janvier) et Spirou - L'espoir malgré tout d’Emile Bravo (qui, lui aussi, viendra dessiner en direct à 20 Minutes le lundi 21 janvier).

« Les grands espaces », de Catherine Meurisse - éditions Dargaud, 19,99 euros