VIDEO. Festival d'Angoulême: Comment le frère autiste d'Émilie Gleason est devenu un héros de BD

COURS DE DESSIN Émilie Gleason a dessiné, en direct dans les locaux de « 20 Minutes », le personnage principal de son album « Ted drôle de coco » qui concourt en sélection officielle du prochain festival de la BD d’Angoulême…

Olivier Mimran

— 

Émilie Gleason a  dessiné en direct dans les locaux de 20 Minutes
Émilie Gleason a dessiné en direct dans les locaux de 20 Minutes — © E. Gleason & éd. Atrabile 2018 / photo © 20 Minutes 2019

Invitée par 20 Minutes à décrire, par le dessin, qui était le « drôle de coco » de son second album de BD (après Slapinbag, paru en 2017 aux éditions Le Berbolgru), la jeune Émilie Gleason a expliqué qu’il s’agissait d’un autiste, inspiré par son propre frère. « Ted, le héros du livre, et mon frère sont tous les deux des " Asperger", c’est-à-dire qu’ils sont atteints d’une forme d’autisme peu spectaculaire parce qu’elle est plus mentale que physique. La seule différence, c’est que Ted vit seul et a un travail, alors que mon frère vit toujours chez nos parents. »

Dans la vidéo accélérée de sa « leçon de dessin » exécutée en direct, il y a quelques jours, via Facebook Live, Émile Gleason parle notamment de l’aspect dégingandé de son personnage.

L’équilibre dans le train-train quotidien

Pour mémoire, Ted drôle de coco raconte « comment un jeune autiste a trouvé son équilibre dans un train-train aussi régulier qu’énergique : métro-boulot-dodo, certes, mais avec une énergie et une rigueur peu commune. Puis un jour, la mécanique se grippe et tout s’emballe, ce jour où le métro est en travaux et où les choses ne sont pas, plus, comme d’habitude. Et là, tout dérape… »

Lorsqu’on lui demande comment son frère, justement, a accueilli cette BD inspirée par lui, Émilie concède que « ça a d’abord été un peu houleux parce qu’il n’était pas d’accord, au départ, pour que je parle de lui dans une BD. Mais je l’ai ignoré et j’ai quand même fait ce qui me tenait à cœur… ».

« La relation entre mon frère et moi a beaucoup évolué »

Cette expérience lui a, finalement, permis de « comprendre et cesser d’endurer, comme ça avait été le cas toute mon enfance ; parce que vivre aux côtés de quelqu’un de "différent", c’est parfois très dur. Mais depuis que j’ai terminé cette BD, notre relation a beaucoup évolué, elle est dingue. Je le redécouvre complètement ! »

Si cet album a eu un effet cathartique sur cette jeune auteure née au Mexique, il procure aussi, par sa fraîcheur et son humour, de belles émotions à ses lecteurs, qu’ils aient ou non déjà été confrontés à l’autisme.

« Ted drôle de coco », d’Émilie Gleason - éditions Atrabile, 17 euros