Success story, humilité et rimes en «é»... Comment Kylian Mbappé est devenu la muse du rap

INSPIRATION Tout récemment, les rappeurs Médine et Booba ont consacré un titre au champion du monde et star du PSG…

Clio Weickert avec R.L.

— 

Kylian Mbappé, le 15 juillet 2018.
Kylian Mbappé, le 15 juillet 2018. — SIPA PRESS
  • Médine et Booba, le londonien JXSE, le bulgare Fyre… Plusieurs rappeurs dédient des chansons à Kylan Mbappé.
  • Le champion du monde et star du PSG a tout pour devenir la nouvelle égérie du rap.

« 9.3 c’est l’amour, la peine, 9.3 c’est la haine, la paix. Ça fabrique des mecs à part, ça fabrique des Mbappé », débitent NTM et Sofiane dans leur chanson Sur le Drapeau, issue de l'album 93 Empire. Personnalité préférée des 18-24 ans (et 4e du reste des « vieux » Français), Kylian Mbappé n’en finit plus de conquérir les cœurs. Même des rappeurs. Depuis le sacre des Bleus en juillet dernier, certains n’ont pas caché toute l’admiration qu’ils lui portaient, allant du simple clin d’œil au détour d’un couplet, ou d’une dédicace affichée. On pense notamment à Vegedream et son carton Ramenez la coupe à la maison, dans lequel il cite le numéro 10 et la plupart de ses petits camarades de l’équipe de France (« passement de jambe, crochet à gauche, à droite/Kylian Mbappé/Accélération, virgule, petit-pont, frappe/Kylian Mbappé »).

« Fais comme Mbappé », « danse comme Mbappé », outre-Manche, c’est le londonien JXSE qui lui dédiait une chanson, avant même la grande finale, début juillet. Plus surprenant, en octobre, un rappeur bulgare du nom de Fyre, louait la star mondiale du ballon rond dans un titre à son nom. « On s’est dit que ça serait une bonne idée de faire une chanson qui s’appellerait Kylian Mbappé, et de lier notre succès au sien. C’est un bel exemple pour notre génération », expliquait alors l’artiste à So Foot. Enfin, récemment, Médine et Booba ont dévoilé le clip de Kyll, sorti fin 2018, multipliant les références à la star du PSG. Après Zidane ou Benzema, « Kyky » est-il devenu la nouvelle muse du rap ?

« Le rap et le foot sont deux milieux très liés »

Fin novembre, Médine et B2O teasaient sur les réseaux l’arrivée imminente de leur alléchante collaboration. Tous deux partageaient une vidéo déterrée d’outre-tombe  quelques semaines plus tôt, de Kylian, 12 ans, s’exprimant sur les quotas dans le foot. « Quand on regarde dans l’histoire, les meilleurs c’étaient des Noirs et des Arabes, à part Platini, Cantona et tout ça », expliquait-il naïvement, ignorant encore que cette sortie verbale créerait quelques années plus tard, une mini polémique sans grand intérêt. Mais qui n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. « Du nègre, de l’algérien, font du Kylian Mbappé », entonne Booba de sa voix autotunée, dans le refrain de Kyll, un titre où les deux rappeurs font plusieurs références au footballeur (dont le titre).

Une citation loin d’être « étonnante », selon Brice Bossavie, journaliste spécialisé rap pour l’ABCDRduson, et membre de l’association Tatane, « pour un football durable et joyeux ». « Le rap et le foot sont deux milieux très liés, et Kylian Mbappé représente une vraie success story, explique-t-il. Il est jeune, il vient de Bondy, champion du monde à 20 ans, il a déjà tout cassé ».

Un bel exemple de réussite

Les liens entre le rap et le foot ne datent vraiment pas d’hier. « Ce sont deux mouvements populaires qui peuvent être exercés avec rien, un simple ballon d’un côté, un crayon de l’autre », résume David Delaplace, photographe et auteur de l’ouvrage Le visage du rap, ajoutant que « beaucoup de grands joueurs sont issus de banlieues, tout comme de grands rappeurs ». Et dans le rap (comme ailleurs), on est très friand de symboles. « Dans les médias le 93 est toujours représenté à travers la haine et les côtés négatifs. Il y en a, comme dans tous les quartiers, mais il y a aussi de l’amour, de la paix, de la transmission, et ça, ça fabrique des Mbappé. Et dans tous les domaines. Mbappé est un symbole aujourd’hui parce qu’il est sur le toit du monde », expliquait Kool Shen à 20 Minutes, en septembre dernier, lors de la Fête de l’Humanité à la Courneuve.

La fresque en l'honneur de Kylian Mbappé avait été installée en septembre dernier
La fresque en l'honneur de Kylian Mbappé avait été installée en septembre dernier - CHRISTOPHE SIMON / AFP

« C’est un petit jeune de Bondy qui a réussi, qui gagne des sommes d’argent incroyables, mais qui est resté très simple, et ne met pas de distances avec les gens », analyse David Delaplace. Car malgré le fait d’être devenu l’un des joueurs les plus désirables au monde, le footballeur n’a pas oublié son quartier. Le joueur a notamment fait venir 25 jeunes de Bondy en Russie lors de la Coupe du monde, reverser ses primes en équipe de France à des associations, ou encore s’est offert un bain de foules dans sa ville, pour remercier ses nombreux fans. Réussite, simplicité, maturité et générosité, le cocktail gagnant de Kylian Mbappé, un bel exemple à louer en musique. Sans oublier la prodigiosité de son jeu de jambes, bien évidemment.

Des rimes en « é »

Néanmoins, cette image de gentil garçon pourrait porter préjudice à Kyky en tant que source d’inspiration dans le rap. Pour Brice Bossavie, son « image sage pourrait avoir ses limites. Dans ce style musical, l’egotrip est important et l’arrogance un trait de caractère de poids, développe-t-il. Ce n’est pas anodin que de manière générale, CR7 (Cristiano Ronaldo) soit beaucoup plus cité par les rappeurs que Messi, parce que le premier n’hésite pas à exhiber ses succès ». Le journaliste rappelle toutefois que Zizou a toujours sa place dans le rap, malgré sa sobriété.

Et Kylian Mbappé a une qualité que Zinédine Zidane n’a pas : un nom de famille qui finit en « é ». « C’est bête, mais dans le rap, c’est facile de faire des rimes en "é" qui rendent bien, notamment avec tous les verbes du 1er groupe », rigole Brice Bossavie. Mbappé a donc probablement de beaux jours de muse devant lui. C.Q.F.D.