Propos de Moix sur les femmes de 50 ans: «Cela peut être un âge d'épanouissement sexuel», rétorque Camille Froidevaux-Metterie

INTERVIEW Pour Camille Froidevaux-Metterie, philosophe et professeure de science politique à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, la dévalorisation des femmes quinquagénaires est très enracinée dans notre société…

Propos recueillis par Clio Weickert

— 

Illustration de femmes marchant sous la pluie à Rennes.
Illustration de femmes marchant sous la pluie à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  • Dans le dernier numéro de « Marie Claire », Yann Moix a déclaré « être incapable d’aimer une femme de 50 ans ».
  • Pour Camille Froidevaux-Metterie, philosophe et professeure à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, Yann Moix « est en quelque sorte le symbole d’un ordre des choses bien enraciné ».
Camille Froidevaux-Metterie, philosophe et professeure de science politique.

« Je préfère le corps des femmes jeunes, c’est tout. Point. Je ne vais pas vous mentir. Un corps de femme de 25 ans, c’est extraordinaire. Le corps d’une femme de 50 ans n’est pas extraordinaire du tout ». Recueillis par le magazine Marie Claire, ces propos de Yann Moix n’ont pas manqué de faire réagir, provoquant très vite une levée de boucliers. Quand certains ont pris la défense de l’écrivain et chroniqueur télé, louant sa franchise et son honnêteté, d’autres ont fait part de leur indignation et de leur colère, soulignant la violence des propos et de ce qu’ils sous-entendent.

Pour Camille Froidevaux-Metterie (photo), philosophe et professeure de science politique à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, autrice en 2018 du livre Le Corps des femmes : La bataille de l’intime, cette sortie de Yann Moix en dit surtout beaucoup sur la représentation de la femme et de sa sexualité.

Que vous évoquent les propos de Yann Moix ?

Ce que cela m’inspire, notamment par l’ampleur des réactions, c’est que cette affaire renvoie à quelque chose qui dépasse de beaucoup la seule personne de Yann Moix. Il est en quelque sorte le symbole d’un ordre des choses bien enraciné : nous vivons dans une société où les femmes de plus de 50 ans sont gentiment poussées sur le côté, voire totalement invisibilisées. Il ne s’agit pas seulement de les exclure du marché amoureux et sexuel, c’est leur désirabilité sociale elle-même qui est déniée. Derrière ce phénomène, il y a un tabou qui perdure, celui de la ménopause.

C’est-à-dire ?

La ménopause fonctionne comme un ressort d’invisibilisation. La sortie du groupe des femmes procréatrices est aussi exclusion du groupe des femmes désirantes. Je ne dis pas « désirables », la nuance est importante. Ce dont il s’agit, ce n’est pas des femmes comme objets-de-désir mais comme sujets-de-désir. Tout se passe comme si le passage de la cinquantaine marquait la fin du désir légitime. Les femmes deviennent alors invisibles, aux yeux des hommes comme aux yeux du monde. Ce n’est pas seulement qu’elles sont dévalorisées en raison de leurs corps vieillissants, c’est tout leur être qui se trouve frappé d’indignité. Dans le monde du travail, il ne fait pas bon être au chômage quand on est une femme de plus de 50 ans. Pour celles qui ont un emploi, c’est le moment où elles se heurtent au plafond de verre.

Dans son édito, la directrice de la rédaction [qui a mené l’interview de Yann Moix] accepte ces propos et ne les remet pas en cause en disant notamment « mon corps devient moche parce que je vieillis et que j’aime trop les glaces Berthillon »…

Ses propos sont très majoritairement représentatifs de ce que ressentent les femmes qui approchent ou vivent ce tournant existentiel. Une enquête américaine réalisée auprès d’une trentaine de femmes âgées de 58 ans, qui avaient toutes une position sociale valorisante, a montré que celles-ci se définissaient dans des termes glaçants où dominait l’angoisse de se retrouver seules. On trouve aussi sous la plume de Simone de Beauvoir des passages sidérants où elle exprime son désespoir à voir le miroir refléter « une femme défigurée ». Cette conception très désespérée de la quinquagénaire est solidement enracinée. C’est ce que montrent les réactions de certaines femmes sur les réseaux sociaux qui ont opposé aux propos de Moix des images d’actrices âgées de plus de 50 ans absolument resplendissantes. En faisant cela, elles demeurent dans le déni des âges de la vie, car ces icônes ont des visages et des corps exceptionnels très éloignés de ceux des quinquagénaires lambda. Surtout, elles souscrivent au primat de l’apparence et nourrissent les mécanismes d’objectivation du corps des femmes.

Peut-on imaginer que les choses puissent changer ?

Ce qui me paraît important, c’est que le féminisme se saisisse de cette question du vieillissement, de la ménopause, pour déconstruire un certain nombre de stéréotypes et de diktats. Il y a une grande inégalité dans le domaine des représentations corporelles. Les pattes d’oie, la calvitie, voire un peu de ventre sont perçues comme séduisantes chez un homme, alors que la culotte de cheval et les cheveux blancs sont implacablement traqués chez les femmes. C’est l’une des dernières grandes inégalités genrées, cette hiérarchisation des corps qui épargne aux hommes les outrages du temps. Je pense que ma génération, celle des femmes qui ont autour de la cinquantaine aujourd’hui, doit œuvrer pour faire exploser ce carcan dévalorisant. Car la cinquantaine, ce n’est pas nécessairement un cap fatal, ce peut être un moment de libération, quand un certain nombre d’obligations s’envolent, celles notamment qui sont liées aux enfants, et que l’on peut choisir de commencer quelque chose. Ce peut être aussi un âge d’épanouissement sexuel : on se connaît parfaitement, on peut jouer avec son désir, l’approfondir, élargir ses horizons. À nous de réinventer notre âge !

20 secondes de contexte

Après une interview réalisée par téléphone, des échanges entre 20 Minutes et Camille Froidevaux-Metterie ont eu lieu par mail afin de préciser certains concepts.