Niort «l'une des villes les plus laides»? Ses habitants défendent leur ville

REACTION « 20 Minutes » a cherché à savoir si la réputation de Niort, qualifiée de « l’une des villes les plus laides qu’il m’ait été donné de voir » par Michel Houellebecq, était méritée…

Ophélia Pinto et Claire Barrois

— 

Niort, définivivement la ville la plus moche de France.
Niort, définivivement la ville la plus moche de France. — dynamosquito / Wikicommons

« J’invite Michel Houellebecq à revenir sur place pour revoir son jugement. » Pour Thierry Hospital, directeur de l’office de tourisme Niort Marais Poitevin, la « sortie un peu incisive sur la ville de Niort » de l’écrivain dans son dernier roman, Sérotonine, paru ce vendredi, qui qualifie Niort « d'une des villes les plus laides qu'il m'ait été donné de voir », montre qu’il n’y a pas mis les pieds depuis une vingtaine d’années. « Les Niortais ont réagi avec beaucoup d’esprit et d’humour. On serait ravi d’accueillir Michel Houellebecq prochainement », confirme Jérôme Baloge, le maire de la ville.

View this post on Instagram

#Niort

A post shared by Ville de Niort (@ville_de_niort) on

« A l’époque, la place de la voiture était importante, il y avait beaucoup de parkings, reconnaît Thierry Hospital. Il y avait des voitures partout jusqu’au pied des bâtiments historiques, mais Niort n’était pas laide à ce point-là. C’était une ville qui n’avait pas fait d’efforts particuliers sur la partie urbanistique, mais ça a bien évolué. Il y a eu d’importants travaux de modernisation du centre-ville ces dernières années. La ville a totalement changé de physionomie. » Par exemple, la place de la Brèche, qui était un parking ouvert, a été végétalisée.

« Toutes les époques architecturales y sont représentées »

Et la « sentinelle du marais poitevin » a d’autres atouts, selon le directeur de l’office de tourisme. « C’était une place forte médiévale avec une activité de négoce et commerce. On peut également y visiter le Donjon, monument emblématique de Niort. Toutes les époques architecturales y sont représentées. »

Côté verdure, on n’est pas en reste. « Pour moi c’est une ville jardin parce qu’elle a une douceur de vie, estime Thierry Hospital. On est au Sud de la Loire donc douceur atlantique. » Ce que confirme le maire de la ville : « Les Niortais aiment leur ville car on y vit bien. Il y a un art de vivre très agréable. C’est le centre ouest, la proximité avec l’Océan Atlantique, la gastronomie avec les Halles. L’activité économique est incroyable. » Quant à l’hôtel Mercure dont il est question dans le livre, « c’est un bel établissement, un quatre-étoiles, de bon standing ». 

« Une dynamique très positive »

Niort ne vaut pas La Rochelle, si on parle de villes géographiquement, ni sur le plan architectural, ni au niveau de l’ambiance. Mais « c’est une ville qui sort de sa discrétion de longue date, qui est dans une dynamique très positive », nous assure le directeur de l’office de tourisme.

Une dynamique un peu freinée par Michel Houellebecq, si l’on en croit l’émotion qu’ont suscitée les quelques lignes qu’il a écrites sur la porte du marais poitevin. Quoique. « Pour ce qui est du roman de Michel Houellebecq, pas grand monde n’est épargné, constate Jérôme Baloge. Et Niort s’en sort plutôt bien par rapport aux Hollandais par exemple. Je lui ai envoyé une plante locale, l’angélique, une plante ancienne qui a pour vertu de rendre les gens heureux. J’espère que ça l’inspirera pour d’autres romans plus joyeux que Sérotonine qui est un roman sombre si on en croit la critique ».