VIDEO. «Gilets jaunes»: L'arc de Triomphe ravagé, des dégâts évalués à plusieurs centaines de milliers d'euros

MOBILISATION L'arc de Triomphe, place de l'Étoile, a été le théâtre de violences et de dégradations samedi...

L.B.

— 

La Marianne de l'intérieur de l'Arc de Triomphe, vandalisée lors de la manifestation des "Gilets Jaunes" à Paris, le 1er décembre 2018
La Marianne de l'intérieur de l'Arc de Triomphe, vandalisée lors de la manifestation des "Gilets Jaunes" à Paris, le 1er décembre 2018 — Kamil Zihnioglu/AP/SIPA

Les images ont fait le tour des médias. L’arc de Triomphe, un des grands symboles de Paris et de la nation, a été pris d’assaut samedi par les « gilets jaunes ». Réunis autour de la flamme du soldat inconnu, des manifestants ont entonné la Marseillaise dans les nuages de gaz lacrymogène et des tags anti-Macron ont été peints au pied du monument.

Certains manifestants sont entrés à l’intérieur du bâtiment. Le quartier de visite a été saccagé et la boutique a été dévastée et pillée. Si le Centre des monuments nationaux (CMN) ne peut pas donner un chiffre exact, les dégâts sont évalués à « plusieurs centaines de milliers d’euros ».

La police judiciaire est à l’œuvre actuellement. Le CMN « fait le nécessaire pour rendre l’arc de Triomphe accessible aux visiteurs au plus tôt », indique-t-on à 20 Minutes. La priorité est donnée à la sécurité des visiteurs. Le monument napoléonien est, pour l’heure, fermé au public et aucune date de réouverture n’a été avancée.

L'Arc de Triomphe a été saccagée samedi 1er décembre lors du troisième rassemblement des «gilets jaunes» à Paris.
L'Arc de Triomphe a été saccagée samedi 1er décembre lors du troisième rassemblement des «gilets jaunes» à Paris. - Thibault Camus/AP/SIPA

 

Philippe Bélaval, le président du CMN, a tweeté des images des dégradations.

Le Jeu de Paume est également resté fermé ce dimanche en raison des émeutes survenues au jardin des Tuileries samedi.

Emmanuel Macron, sous les huées de plusieurs « gilets jaunes » mais aussi les applaudissements de passants, est allé constater les dégâts dimanche à Paris au lendemain des scènes de guérilla urbaine.