«Gilets jaunes»: Samuel Etienne dénonce les appels à la violence contre les journalistes

MOBILISATION Alors que les journalistes sont particulièrement critiqués dans le cadre du mouvement des « gilets jaunes », Samuel Etienne a pris la parole ce jeudi sur Twitter pour défendre « l’honnêteté et la rigueur qui caractérisent [la] profession »…

F.R.

— 

Le journaliste Samuel Etienne sur le plateau de la matinale de France Info.
Le journaliste Samuel Etienne sur le plateau de la matinale de France Info. — Christophe Russeil / FTV

Sophia Chikirou, ancienne directrice du Média, a posté lundi sur sa page Facebook un article d'Europe 1 sur des journalistes pris à partie lors de la mobilisation des « gilets jaunes » à Toulouse et l’a accompagné d’un commentaire cinglant.

« Je ne parviens pas à ressentir de compassion sincère pour ces journalistes. Leur niveau de corruption mentale, leurs mensonges et la désinformation qu’ils nous imposent, sont autant d’éléments qui justifient la colère. (…) Evitons de donner le prétexte aux journalistes de se victimiser. Ne les lynchez pas : ne leur parlez pas, ne les lisez pas et ne les regardez pas. », écrivait-elle.

Un message qui n’est pas passé inaperçu et qui a suscité de nombreuses réactions ces derniers jours. Mardi, Samuel Etienne s’est exprimé sur Twitter en interpellant Sophia Chikirou : « Je suis comme vous (…). Je ne parviens pas à ressentir de compassion sincère. Pour les appels à la haine. Pour la démagogie. (…) Je suis journaliste. Et je fais ce métier, comme tous mes confrères, avec rigueur et honnêteté. Ne vous déplaise », a-t-il posté.

Ce jeudi, le journaliste qui anime la matinale de Franceinfo a publié un nouveau message sur le sujet, après avoir « lu avec intérêt les commentaires à [son] dernier tweet ».

« L’objectivité est impossible »

« Je réaffirme mes propos, en 24 ans de journalisme (…), je n’ai jamais rencontré de confrères malhonnêtes, travestissant sciemment la vérité », affirme celui qui a entre autres travaillé à France Télévisions, Canal +, iTélé, RFI ou Europe 1. « L’objectivité est impossible. Chacun informe ou reçoit l’information avec ses filtres, culturels, sociaux, ajoute Samuel Etienne. Mais je crois à l’honnêteté et la rigueur qui caractérisent notre profession. »

« Bien sûr vous avez le droit de ne pas nous accorder votre confiance, de croire à tous les complots du monde », continue le journaliste en faisant une référence implicite à Sophia Chikirou qui assurait que « les réseaux sociaux sont plus sûrs pour s’informer ». Or, sur Facebook et Twitter, de nombreuses fake news liées aux gilets jaunes ont circulé et été massivement partagées et commentées ces dernières semaines.

« C’est le vivre ensemble que vous remettez en cause »

« [Vous avez le droit] de lancer vos propres médias, sûrement irréprochables, eux », lance ensuite, Samuel Etienne, comme une autre pique adressée à Sophia Chikirou cofondatrice de la webtélé Le Média, lancée par des proches du parti La France insoumise.

Le journaliste de Franceinfo conclut en dénonçant plus largement ceux qui appellent à la violence contre les journalistes ou « la cautionne [ent], comme certains responsables politiques le font ». Et d’alerter : « C’est la liberté de la presse, c’est la démocratie, c’est le vivre-ensemble que vous remettez en cause. »