Carros: L'éducation artistique et culturelle pour 100% des enfants

EDUCATION Carros est l’une des dix villes de France laboratoire du « 100 % éducation artistique et culturelle »... 

Mathilde Frénois

— 

Près de cinquante écoliers carrossois font partie d’une classe-orchestre.
Près de cinquante écoliers carrossois font partie d’une classe-orchestre. — Ville de Carros
  • La culture représente 5 % du budget de Carros.
  • Le maire, Charles Scibetta, s’est donné pour challenge que chaque petit Carrossois pratique une activité artistique.
  • La ville est laboratoire de l’expérimentation « 100 % éducation artistique et culturelle ».

Toucher du doigt la culture. Et pourquoi pas s’en imprégner totalement. C’est ce qu’espère Carros. Après Cannes, qui avait le rôle de pilote, cette commune de 12.000 habitants est l’une des dix villes de France à mener l’expérience du « 100 % éducation artistique et culturelle ». Objectif : que tous les écoliers rencontrent, pratiquent et s’approprient la culture.

« Je suis un enfant d’immigré et j’ai connu la culture très tard dans ma vie, explique le maire (SE) de Carros, Charles Scibetta. Ce n’est qu’autour de 30 ans que j’ai commencé à m’intéresser à la musique, au théâtre… »

« Gommer les inégalités »

Pour que ce schéma ne se reproduise pas, l’élu s’est donné pour challenge que chaque petit Carrossois pratique une activité artistique. « Par rapport à d’autres enfants qui bénéficient d’un contexte familial et social sensibilisé à la culture, ces enfants éloignés partent avec un handicap dans la vie, pointe-t-il. La culture permet de gommer des inégalités liées à un environnement. C’est un moyen de s’épanouir, de grandir intellectuellement et socialement. Et de s’ouvrir au monde. »

La culture représente 5 % du budget de Carros. La commune s’appuie sur ses équipements déjà existants, comme une médiathèque moderne, un centre international d’art contemporain et un forum. Elle a aussi mis en place un opéra collaboratif et une classe-orchestre.

« Au total, 48 enfants d’un quartier prioritaire vont avoir à leur disposition des instruments pour leur pratique musicale, pointe Charles Scibetta. Ces enfants sont les plus éloignés d’un environnement artistique. » Pour, pourquoi pas, déclencher des carrières. De l’initiation à la vocation, il n’y a plus qu’un pas.