Un magazine de mariage refusant les couples homos dans ses pages met la clé sous la porte

AUSTRALIE « White » n’est plus « économiquement viable » après le retrait de nombreux annonceurs, ont annoncé samedi son duo de créateurs, Luke et Carla Burrell…

F.R.

— 

Des figurines de gâteau de mariage représentant un couple gay et un couple lesbien.
Des figurines de gâteau de mariage représentant un couple gay et un couple lesbien. — M.LIBERT/20 MINUTES/SIPA

White est un magazine de mariage qui n’est pas à la noce. Le mensuel australien a annoncé samedi qu’il allait bientôt cesser de paraître. Luke et Carla Burrell, qui l’ont créé il y a douze ans, ont déploré sur le site de leur publication être contraints de mettre la clé sous la porte?car il n’était plus « économiquement viable ».

Une situation liée au refus de ces deux journalistes de faire figurer des couples homosexuels dans les pages de White alors qu’ en Australie le mariage a été ouvert aux gays et aux lesbiennes en décembre 2017.

« Amour, patience et gentillesse »

« Plutôt que de nous permettre de réfléchir à nos pensées et sentiments (…), certains ont aveuglément demandé que l’on choisisse notre camp. Nous n’avons pas de camp, nous ne sommes qu’amour, patience et gentillesse », écrivent Luke et Carla Burrell, qui évoquent explicitement leur foi chrétienne. Le duo dit qu’« une campagne visant le magazine, l’équipe et les annonceurs » avait été lancée il y a quelques mois et que des couples qui sont apparus dans White auraient été harcelés en ligne.

En août, le Sydney Morning Herald notait que des annonceurs, des photographes et des vidéastes s’étaient exprimés sur Facebook au sujet de leurs échanges avec le magazine. Ona Janzen, qui avait acheté des espaces publicitaires dans White pour promouvoir sa boutique de photos de mariage déclarait à l’agence de presse australienne AAP : « Si j’avais su qu’ils ne soutenaient pas les mariages de couples de même sexe, je n’aurais pas dépensé une bonne partie de mon budget marketing avec leur magazine, par principe. »

« Bigoterie »

La photographe Lara Hotz, qui collaborait avec le mensuel, avait obtenu une réponse par SMS des Buirell : « Nous n’allons pas partager des histoires de mariages de couples de même sexe pour le moment ». « Il semblerait qu’ils soient contents de prendre l’argent, les contenus et les photos des contributeurs et annonceurs LGBT, mais il leur reste à nous soutenir et à nous représenter de la même manière que les couples hétérosexuels sont représentés dans le magazine », avait ensuite déclaré Lara Hotz, mariée à une femme, à Triple J Hack.

Le même article révélait que plus d’une centaine de fournisseurs boycottaient White Magazine et étaient décidés à ne plus lui soumettre de photos, à ne plus lui fournir de contenus et ne feraient plus faire de pub dans ses pages. Beaucoup d’entre eux auraient reproché à Luke et Carla Burrell leur « bigoterie ». D’autres professionnels n’étaient pas favorables au boycott mais attendaient que le magazine clarifie officiellement sa position sur le mariage des couples homosexuels. Ce que les deux créateurs de la publication ont refusé de faire.