«Fallout 76» est le premier jeu multijoueur et online de la franchise, un pari risqué pour son éditeur Bethesda
«Fallout 76» est le premier jeu multijoueur et online de la franchise, un pari risqué pour son éditeur Bethesda — Bethesda

JEU VIDEO

VIDEO. «Fallout 76»: Simple jeu de rôle ou simulation de (sur)vie?

Longtemps resté mystérieux, le nouveau «Fallout», uniquement multijoueur et online, est sorti mercredi et ne fait pour l'instant pas l'unanimité...

En l’espace de deux décennies et une poignée de jeux, Fallout  s’est imposé comme une référence du jeu de rôle à l’Occidental, et du action-RPG tout court dans ses dernières itérations. Fallout 76 était donc très attendu, mais restait mystérieux, même après sa présentation à l'E3 2018. Non pas qu’il y ait 75 épisodes perdus à rattraper, mais il s’agit d’un jeu multijoueur uniquement online. Une première dans la franchise, et l’incompréhension chez les fans, dont certains ont même lancé une pétition pour un mode solo.

« Fallout avec vos amis»

« Fallout 76 est bien sûr jouable en solo, rétorque Arnaud Richard, chef produit chez l’éditeur Bethesda. Le jeu demande une connexion Internet, mais après, vous faites ce que vous voulez. Vous pouvez la jouer solo, c’est-à-dire que vous croiserez d’autres joueurs, mais vous pouvez l’ignorer. Ou alors vous décidez de coopérer. » La coopération, nouveauté et maître mot de ce nouvel épisode, que Julie Chalmette, DG de Bethesda France, résume par : « Fallout avec vos amis ».

Comme dans les précédents Fallout, vous sortez d’un abri après le déluge nucléaire qui a ravagé la planète. L’Abri 76 en Virgnie-Occidentale, vingt-cinq ans après le déclenchement de la guerre et donc plusieurs décennies avant les autres épisodes. Il s’agit donc de reconstruire la civilisation, et pour commencer de retrouver l’architecte en chef. « RPG, action, aventure, survie, post-apo… Fallout 76 reprend toutes les caractéristiques et expériences de la série, avec le système de progression SPECIAL ou le système de visée assistée VATS », explique Arnaud Richard. Mais pas de personnages non-jouables ou PNJ. Tous les survivants que le joueur croisera sont d’autres joueurs, jusqu’à 24 par carte. « On est dans le coopératif, ainsi que le compétitif, sur un terrain de jeu quatre fois plus grand que celui de Fallout 4. »

S’investir dans un jeu, c’est s’investir dans une communauté

Fallout 76, une sorte de MMORPG ? « Le terme comme on pouvait l’entendre à l’époque de World of Warcraft, à savoir des jeux massivement multijoueurs en ligne, ne veut plus rien dire, répond Julie Chalmette. Ou alors, tous les jeux le sont, à l’instar de The Division, Overwatch, Fortnite, etc. On ne s’investit aujourd’hui plus seulement dans un jeu, mais également dans une communauté. Fallout 76 s’inscrit plutôt dans cette optique. » Avec son monde ouvert, sa personnalisation et sa liberté, le jeu rappelle aussi les récents Assassin’s Creed Odyssey et Red Dead Redemption 2, et leur propension à simuler la vie : installer son camp, gérer ses ressources, survivre seul ou à plusieurs, etc.

« Le lancement du jeu n’est qu’un point de départ », précise la directrice générale de Bethesda France, qui espère faire vivre Fallout 76 pendant plusieurs années, au gré des patchs, extensions et avis des joueurs. Mais le temps presse déjà, car les premiers retours critique et public sont loin d’être à la hauteur des attentes. La survie du jeu en dépend.