Orelsan, Vald, Nekfeu... Pourquoi les rappeurs sortent des albums surprises

RAP Ce vendredi, Orelsan a dévoilé onze titres inédits, l’épilogue de «La fête est finie»…

Clio Weickert

— 

Orelsan, Vald et Nekfeu.
Orelsan, Vald et Nekfeu. — SIPA
  • Ce vendredi, Orelsan a dévoilé onze titres inédits, l’épilogue surprise de « La fête est finie ».
  • Orelsan, Vald, Nekfeu… Pourquoi les rappeurs sortent des albums surprises ?

« Devine qui vient de sortir l’album de l’année/J’ai passé 2018 en vol plané/Je suis le genre de loser qui fait que de gagner ». Ce vendredi, Orelsan, le « loser » qui a signé « l’album de l’année » au Victoires notamment, a dévoilé 11 titres inédits sur les plateformes de streaming. Un « épilogue » de La fête est finie (sorti en octobre 2017), annoncé par l’artiste sur Twitter il y a quelques jours seulement.

Une annonce qui a fait un effet bœuf auprès de la communauté des fans d’Orelsan et des médias, stupéfaits et carrément excités d’apprendre le lancement de ce nouveau projet musical, au tout dernier moment. Deux jours plus tard, mercredi, le rappeur enfonçait le clou en dévoilant un feat puissant avec Damso, et un clip tout aussi fou (vu plus de 3 millions de fois sur YouTube, et en tête des classements France de Spotify).

L’artiste n’est toutefois pas le premier à dégainer la carte « album surprise ». Vald (NQNT33), Nekfeu (Cyborg), Medine (Démineur)… De nombreux rappeurs n’hésitent plus à opter pour les coups de théâtre, pour le plus grand bonheur de leur public. Mais qu’ont-ils à y gagner ? Ou à prouver ?

Le super coup de marketing

Si l’annonce traditionnelle d’un album créé une certaine attente, avec la sortie d’un single, le marathon promo etc., dégainer un projet musical de manière spontanée permet de frapper les esprits. On pense notamment à Nekfeu qui, lors d’un concert sur la scène de l’AccorHotels Arena en 2016, avait annoncé la sortie de Cyborg en exclusivité à son public, créant une vague d’hystérie collective. Résultat ? Un carton de vente et un album désormais certifié triple disque de platine.

Dans ce domaine, la reine en la matière n’est autre que Beyoncé, qui a expérimenté avec brio ce stratagème. Fin 2013, Queen B avait stupéfié le monde entier en sortant BEYONCE, sans annonce ni promo. Un album vendu à plus de 800.000 exemplaires en trois jours, un record. Un joli coup que la chanteuse a d’ailleurs décidé de renouveler en 2016 avec Lemonade.

Réduire les risques de leak

Si la technique permet aux artistes de se rapprocher de leurs fans, en communiquant directement avec eux, sans passer par les médias ou la com de leurs maisons de disques, elle a aussi l’avantage de réduire les risques de leaks, fréquents dans cette industrie musicale. Récemment, en septembre dernier, MHD avait par exemple assisté avec impuissance à la fuite de son album 19, quelques heures avant sa sortie. L’effet de surprise peut alors limiter les risques. « Un album qui sort sans crier gare et qui a été enregistré pratiquement en cercle fermé a beaucoup moins de chances d’atterrir dans des sites de download non désirés, pour la simple raison que dix fois moins de gens auront eu accès aux morceaux », explique le site spécialisé Booska-p.com.

Prouver qu’on en a

Au-delà des aspects purement commerciaux et marketing, l’album surprise a aussi l’avantage d’en imposer. L’artiste prouve à son public qu’il peut court-circuiter le processus classique de la sortie d’un album, qu’il tient lui-même les rênes de son projet et que rien ne l’empêche de balancer dix titres inédits, où il veut quand il le veut. On montre de quoi on est capable, quoi.

Boucler la boucle

Enfin, n’oublions pas l’aspect artistique de la démarche. Pour Orelsan, son épilogue lui permet de terminer un chapitre. Le rappeur donne notamment une suite à Défaite de famille, un titre où il réglait ses comptes en vidant son sac sur les membres de sa famille. Dans La famille, la famille, Orelsan prend le contre-pied de cette chanson en énumérant les bons côtés de ses proches, précisant « on restera la meilleure famille qu’on ait jamais eue ». De même, ces 11 titres l’aident à tourner la page de La fête est finie, et peut-être plus globalement, de passer à une nouvelle étape dans sa carrière. « J’en ai marre de chanter la déprime », « ça y est j’ai fait le deuil d’une époque », rappe-t-il dans Epilogue, sous-entendant ainsi l’entrée dans une nouvelle ère.