Lyon: Sécurité, nouveautés, expérimentations...Les infos à connaître un mois avant la Fête des lumières

EVENEMENT La Fête des lumières, dont la programmation a été dévoilée vendredi, se déroulera du 6 au 9 décembre à Lyon...

Elisa Frisullo

— 

Le parc de la Tête d'Or à Lyon sera de nouveau investi par les artistes et le public lors de la Fête des lumières.
Le parc de la Tête d'Or à Lyon sera de nouveau investi par les artistes et le public lors de la Fête des lumières. — Marie-Jeanne Gauthé et Géraud Périole
  • La Fête des lumières est organisée du 6 au 9 décembre à Lyon.
  • Le parc de la Tête d’Or a été réintégré à la programmation de la fête.
  • L’accent sera notamment mis sur le participatif.

La cathédrale Saint-Jean parée d’effets et de lumières, la colline de Fourvière majestueusement illuminée, le théâtre des Célestins, les Jacobins ou encore la cour des beaux-arts métamorphosés à la nuit tombée. Si pour cette édition, de nombreux édifices, places, cours et jardins vont une nouvelle fois s’illuminer, la Fête des lumières, organisée du 6 au 9 décembre réserve quelques surprises.

20 minutes revient sur les informations à connaître à moins d’un mois du début des festivités, présentées ce vendredi par la municipalité lyonnaise.

Un périmètre élargi

Les deux dernières éditions avaient été restreintes à l’hypercentre de Lyon et à la colline de Fourvière, en raison du risque d’attentat. Cette année encore, les accès à la Presqu’ile seront ultra-sécurisés, avec de multiples points d’entrées et de sorties surveillées sur le périmètre de la fête. Mais le parc de la Tête d’or, exclu de la fête en 2016 et 2017, va de nouveau être investi cette année par les artistes et le public. Le spectacle commencera sur les berges du Rhône et se poursuivra à l’intérieur du parc à la découverte du monde imaginaire et poétique imaginé par Marie-Jeanne Gauthé et Géraud Périole.

Pas de spectacle majestueux aux Terreaux

Cela sera sans doute l’une des déceptions du public. Cette année, les Terreaux n’accueilleront aucune projection spectaculaire sur les façades en raison des travaux de rénovation en cours sur la place. Une installation virtuelle attirera toutefois les spectateurs sur les Terreaux, aux abords desquels ont été programmées bien d’autres animations qui devraient séduire le public. Des scénographies sont notamment prévues place Louis-Pradel, vers l’opéra, et dans la cour de l’hôtel de Ville. Les bâtiments de la mairie offriront un spectacle son et lumière, au cours duquel le public sera invité à s’immerger sous une pluie de faisceaux lumineux.

Place au participatif

C’est l’un des maîtres mots de cette édition. Faire participer le public, quel qu’il soit, à la préparation ou au déroulement de la fête. Parmi les animations interactives, les jardins du musée des Beaux-Arts s’ouvriront aux pianistes, dont le jeu déclenchera des effets de lumière et illuminera tour à tour les façades et les statues de la cour intérieure. Pour venir jouer dans ce cadre féerique, les pianistes sont invités à participer à une audition organisée le 22 novembre à la salle Molière.

Les talents de demain investissent l’Antiquaille

Ils sont chaque année de plus en plus nombreux à s’investir lors des festivités. Pour cette édition, 150 étudiants ont été sélectionnés pour illuminer la ville. A l’Antiquaille, les spectateurs pourront découvrir en déambulant dans le quartier quinze installations, sélectionnées par les Grands ateliers dans le cadre des expérimentations étudiantes. Au jardin Malraux, des étudiants en éclairage de Lyon et en architecture de Roumanie dévoileront leur talent et présenteront pour la première fois leurs créations originales et lumineuses au public.