Nintendo: Une animation jugée raciste retirée du jeu «Super Smash Bros Ultimate»

POLEMIQUE Nintendo va une nouvelle fois faire disparaître la plume apparaissant sur la tête d’un personnage amérindien du très attendu « Super Smash Bros Ultimate » suite aux critiques de fans…

20 Minutes avec agence

— 

Le jeu vidéo « Super Smash Bros. Ultimate »
Le jeu vidéo « Super Smash Bros. Ultimate » — Nintendo

Mr. Game and Watch, un des personnages cultes de Nintendo présent dans Super Smash Bros Ultimate, a valu au groupe japonais des accusations de racisme. Au point que la société prévoit d’y apporter des modifications.

Aperçu lors du streaming en direct d’une partie diffusée le 1er novembre dernier, le changement que subit la silhouette noire quand elle est attaquée a choqué certains joueurs, rapporte Numerama, qui cite un article d’Eurogamer.

Des clichés stigmatisant les Amérindiens

En cause, la torche que brandit alors le personnage, dont la tête s’orne au même moment d’une plume. Ces deux animations ont été dénoncées comme des clichés stigmatisant les Amérindiens. Nintendo a choisi de réagir directement à la polémique via un porte-parole qui s’est adressé au site spécialisé en jeux vidéo.

« Nous présentons nos sincères excuses (…) et continuons à travailler pour que Super Smash Bros offre une expérience à la fois accueillante et drôle pour tout le monde », a déclaré le représentant. « Nintendo a prévu de distribuer une mise à jour de Super Smash Bros Ultimate qui effacera la plume de la silhouette de Mr. Game and Watch », a-t-il également annoncé.

« Plus conforme aux valeurs » de Nintendo

Le personnage par qui le scandale est arrivé est une référence au jeu de 1982 Fire Attacks, mettant en scène un cow-boy attaqué par des Indiens coiffés de plumes et agitant des torches.

« Le jeu original dont est issue cette version du personnage est sorti il y a plus de 30 ans et n’est plus conforme aux valeurs de notre entreprise à l’heure actuelle », a fait savoir Nintendo. Dans de précédentes rééditions du jeu, la société avait d’ailleurs déjà enlevé les plumes présentes sur les têtes des protagonistes amérindiens.