Le trompettiste Ibrahim Maalouf jugé vendredi pour agression sexuelle sur mineure

FAIT DIVERS Le musicien a reconnu avoir embrassé la jeune fille, un « acte unique » qu’il avait « immédiatement regretté » selon le parquet…

20 Minutes avec AFP

— 

Le compositeur et trompettiste Ibrahim Maalouf
Le compositeur et trompettiste Ibrahim Maalouf — Denis Rouvre

Le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf, qui avait embrassé une collégienne en stage dans son studio d’enregistrement en 2013, sera jugé vendredi pour agression sexuelle devant le tribunal correctionnel de Créteil.

La jeune fille, à l’époque âgée de 14 ans et scolarisée en troisième, était en stage d’une semaine dans le studio d’Ivry-sur-Seine d’Ibrahim Maalouf, alors âgé de 33 ans. Le musicien, qui a toujours reconnu un « acte unique » qu’il avait « immédiatement regretté » selon le parquet, l’a embrassée à l’issue de ce stage.

Scarifications et crises de boulimie

Les parents ont fait un signalement un an après les faits auprès du parquet de Montpellier, où ils résidaient avec leur fille, et une enquête a été ouverte, débouchant sur le placement en garde à vue en janvier 2017 d’Ibrahim Maalouf, aujourd’hui 37 ans.

La jeune fille « avait commencé à se scarifier, à faire des crises de boulimie. Elle a vu un médecin et a révélé qu’il y avait eu des caresses sexuelles », affirme l’avocat de la famille, Jean-Baptiste Moquet, expliquant que la jeune fille, « amoureuse » du musicien et « fascinée » par lui, avait voulu le protéger.

« De fausses informations extrêmement préjudiciables »

L’enquête préliminaire avait été ouverte pour « atteinte sexuelle », qui implique le consentement de la mineure. « Au terme des investigations » cependant, le parquet a estimé « qu’il n’y avait pas eu de consentement de la victime, et décidé de renvoyer » Ibrahim Maalouf devant le tribunal pour « agression sexuelle », a-t-il expliqué à la veille du procès.

En 2017 et alors que des médias avaient fait état d’une enquête ouverte pour agression sexuelle, le trompettiste lauréat de quatre Victoires de la Musique et d’un César de la Meilleure Musique de Film avait dénoncé de « fausses informations extrêmement préjudiciables », « délibérément diffusées dans le seul but » de le « décrire comme un prédateur sexuel ».