Décès de Francis Lai: Faut-il chanter «Badabadabada», «Dabadabada» ou «Chabada-bada»?

ENQUETE Le compositeur de la musique célébrissime d'« Un homme et une femme », Francis Lai, est décédé ce mercredi. Mais comment fredonner correctement son air le plus connu ?...

A.D. avec AFP

— 


Claude Lelouch, Nicole Croisille, Francis Lai et Jean-Louis Trintignant, les anciens d’«Un homme et une femme» réunis en 2016.
Claude Lelouch, Nicole Croisille, Francis Lai et Jean-Louis Trintignant, les anciens d’«Un homme et une femme» réunis en 2016. — Henri Collot/SIPA

« C’était l’homme de ma vie », a salué Claude Lelouch. Le compositeur attitré du cinéaste, Francis Lai, est décédé ce mercredi à l’âge de 86 ans. Il a « fait battre le cœur » de tous ses films Vivre pour vivre, Un homme qui me plaît, 13 jours en France, La vie, l’amour, la mort, Le voyou, L’aventure, c’est l’aventure, Itinéraire d’un enfant gâté. Il était surtout connu pour la bande originale du plus célèbre long-métrage de Claude Lelouch, Un homme et une femme. Un air connu de tous, mais fredonné de TROIS façons différentes. Alors, une bonne fois pour toute, faut-il chanter « Dabadabada », « Badabadabada » ou « Chabada-bada » ?

Un homme et une femme rend hommage au scat, une forme de jazz vocal où des onomatopées sont utilisées plutôt que des paroles. « Badabadabada, c’est uniquement une allusion au jazz. On était tous mordus de jazz et ce ba da ba da ba, cette espèce d’onomatopée, a été la prolongation de ces strophes. C’est un peu devenu notre signature », estimait-il auprès de l'AFP en 2017. Les paroles originales de la chanson sont donc « Badabadabada ».

Transformé au fil du temps

Le mythique thème du film, chanté par Nicole Croisille et Pierre Barouh, a été repris près de 200 fois et s'est transformé au fil du temps en « chabada-bada » de façon erronée, puis en « Dabadabada ». 

Francis Lai avait rencontré Claude Lelouch​ en 1965, grâce à un ami commun, Pierre Barouh, qui a écrit les paroles de la célèbre chanson phare de la bande originale. « La musique, c’est quelque chose d’inexplicable. C’est un thème facile à mémoriser et c’est ce que cherchait Lelouch, un thème facile à mémoriser à la première écoute », confiait Francis Lai.