Lille: Le Cirque du Soleil débarque avec «Ovo», spectacle inédit en France

COULISSES Visite dans les coulisses du Cirque du Soleil qui commence sa tournée française du spectacle «Ovo» par Lille…

Gilles Durand

— 

Les trapézistes du Cirque du Soleil à l'entraînement pour le spectacle Ovo, à Lille.
Les trapézistes du Cirque du Soleil à l'entraînement pour le spectacle Ovo, à Lille. — G. Durand / 20 Minutes
  • La compagnie québécoise Le Cirque du Soleil présente pour la première fois en France son spectacle Ovo.
  • La troupe se déplace avec 23 camions et une centaine de personnes de 24 nationalités différentes.
  • Un des clowns, Jan, raconte son expérience au sein du Cirque du Soleil.

Même à l’entraînement, tout est minuté. « Dans huit minutes va commencer la répétition des trapézistes », prévient l’attaché de presse. Et les artistes s’élancent dans les airs à la minute près. Pour le Cirque du Soleil, l’organisation est une seconde nature. Il en faut pour une troupe qui se déplace avec 23 camions, une centaine de personnes de 24 nationalités différentes et une logistique impressionnante.

Ovo, le monde des insectes

Depuis lundi, la compagnie québécoise a débarqué à Lille avec un des dix spectacles en tournée de par le monde. Cette année, les Nordistes ont droit à Ovo (œuf en portugais)* un spectacle qui date de 2009 et met en scène le monde des insectes perturbé par l’arrivée d’un élément étranger. C’est la première fois que ce spectacle sera présenté en France avant une tournée dans cinq autres villes, jusqu’au 16 décembre.

Jan, un des trois clowns du spectacle «
Jan, un des trois clowns du spectacle « - G. Durand / 20 Minutes

« On fait ça quand on est jeune. Après, on verra. » Jan est clown au Cirque du Soleil depuis deux ans. A 33 ans, il va se produire pour la première fois en France au sein de cette troupe qui a fait du nouveau cirque un vrai business industriel, tout en gardant la fibre artistique des shows à l’américaine.

Aucun détail n’est oublié.

Dans les coulisses, les jongleurs, contorsionnistes ou acrobates ne sont pas les seuls à s’affairer. Cinq costumières mettent une dernière touche : un peu de couleur sur les chaussures, le reprisage d’un costume… Aucun détail n’est oublié. « Chaque artiste a son propre costume, fait sur mesure », souligne le porte-parole du Cirque du Soleil. Même les machines à laver et les sèche-linge tournent à plein régime pendant le séjour dans une ville.

Prêts à entrer en piste pour les six représentations d'«Ovo», par le Cirque du Soleil, au Zénith de Lille.
Prêts à entrer en piste pour les six représentations d'«Ovo», par le Cirque du Soleil, au Zénith de Lille. - G. Durand / 20 Minutes

« C’est super d’appartenir à cette grosse machine », avoue Jan. Ce Suisse germanophone, qui a démarré sa carrière dans le spectacle de rue, découvre un autre monde, tout aussi passionnant artistiquement. « Les répétitions sont moins physiques pour un clown, mais on se prépare en travaillant le rythme. Avec mes deux collègues, on doit toujours roder ce qu’on fait », explique-t-il.

« On range le matériel en trois heures trente »

En attendant, Jan a aussi repéré les bonnes adresses à Lille. « Je n’étais venu qu’une fois, il y a dix ans, comme touriste. On est allé prendre un verre lundi et mardi soir. C’est une ville très vivante ». Reste à tester le public nordiste. Autant vous prévenir, une spectatrice sera invitée sur scène pour jouer la coccinelle fouetteuse. « Ce n’est jamais arrivé que le public ne rit pas du tout, assure Jan. Mais parfois, on a des accueils un peu plus secs. »

Le Cirque du Soleil reste à Lille jusqu’à dimanche. « Juste après la fin du spectacle, à 19 h, on range le matériel. Il nous faut trois heures trente. A 22 h 30, on sera sur la route, direction Bordeaux », annonce l’attaché de presse. Et c’est reparti pour un nouveau tour de piste.

* Six représentations au Zénith de Lille, ce jeudi et vendredi à 20h, samedi à 16 h et 20 h et dimanche, à 13 h et 17 h.