Album posthume de Johnny Hallyday: Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse

MUSIQUE Ce lundi, Warner a convié des journalistes à une grande conférence de presse pour présenter « Mon pays, c’est l’amour », l’album posthume de Johnny Hallyday…

Clio Weickert

— 

Sébastien Farran, l'ancien manager de Johnny Halyday, son ami et musicien Maxime Nucci ou encore Thierry Chassagne, le président de Warner France, ont répondu aux questions des journalistes.
Sébastien Farran, l'ancien manager de Johnny Halyday, son ami et musicien Maxime Nucci ou encore Thierry Chassagne, le président de Warner France, ont répondu aux questions des journalistes. — C.WEICKERT
  • Mon pays, c’est l’amourl'album posthume du rockeur, sort vendredi.
  • Ce lundi, une trentaine de fans et une armée de journalistes ont été conviés par Warner à découvrir en avant-première les 11 derniers titres du Taulier. 
  • Du choix du titre de l’album à l'implication de Laeticia Hallyday, « 20 minutes » vous livre ce qu'il fallait retenir de cette conférence de presse.

C’est tout de noir vêtus, dans une atmosphère à la fois tamisée et solennelle que les proches de Johnny Hallyday ont présenté ce lundi à la presse, dans les locaux de Warner, l’album posthume du rockeur. Le mot d’ordre était clair : les questions porteraient UNIQUEMENT sur l’album et sur la vie artistique de Johnny.  Du choix du titre de l’album à l'implication de Laeticia Hallyday… Voici ce qu’il fallait retenir de cette conférence de presse.

« Mon pays, c’est l’amour » est une histoire de famille. S’il semble y avoir eu quelque temps du rififi autour du choix du titre de l’album, Mon pays, c’est l’amour semble avoir fait l’unanimité pour toute l’équipe. « On a réfléchi tous ensemble y compris quand Johnny était encore là, a expliqué Sébastien Farran, son manager. C’est une histoire de famille. » « Johnny Hallyday aimait beaucoup Mon pays, c’est l’amour, a ajouté plus tard Maxime Nucci, qui s’est notamment chargé de la réalisation et des arrangements de l’album. D’ailleurs la séance de voix de ce titre était assez dingue, c’était extrêmement difficile à chanter avec un tempo assez élevé. C’était incroyable. Je crois qu’il n’a fait que deux reprises et on avait vraiment la sensation de le retrouver plus jeune. » OK.

Le point malaise. Mais quand même, pourquoi choisir ce titre en particulier, alors que l’album en compte 11 ? « Mon pays, c’est l’amour aurait pu être mal interprété, s’est interrogée une journaliste, la question étant de savoir dans quel pays il vivait… » « Aaah, on est sur une réflexion autour de la résidence ?, a répondu Sébastian Farran, visiblement agacé. Bah non, je pense que Mon pays, c’est l’amour ça veut dire que son pays c’est l’amour. Est-ce que je suis clair ? » Heu, oui…

Laeticia et l’image de Johnny. Et quid de Laeticia, directrice artistique de cet album, mais grande absente de cette conférence ? « Elle est directrice artistique de l’image, elle gère essentiellement l’image autour de Johnny, répond Sébastien Farran. Elle l’a beaucoup motivé pour continuer à aller sur scène, et à développer ses projets. Elle a été présente constamment depuis le début, Johnny était quelqu’un qui avait beaucoup de doutes, elle a toujours été là pour lui redonner envie. »

Un clip et un dispositif exceptionnel. Si aucun titre n’a été mis en avant en amont de la sortie de cet album posthume, un dispositif exceptionnel accompagnera Mon pays, c’est l’amour, vendredi. Certains magasins ouvriront notamment leurs portes exceptionnellement jeudi à minuit et « une surprise avec une plateforme de streaming » est prévue. De même, un clip constitué des images de l’un des derniers road trip de Johnny en 2016 devrait bientôt être dévoilé...