Marseille: Pourquoi la ville compte deux fois moins de bibliothèques que Lyon ?

LECTURE Alors que la médiathèque Bonneveine a été inaugurée vendredi après plusieurs mois de travaux de rénovation, le point sur ce vaste dossier…

Caroline Delabroy

— 

La bibliothèque de l'Alcazar, vaisseau amiral inauguré à Marseille en 2004.
La bibliothèque de l'Alcazar, vaisseau amiral inauguré à Marseille en 2004. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES
  • Rénovée et modernisée, la médiathèque Bonneveine a rouvert après plusieurs mois de travaux.
  • Le dernier conseil municipal a voté une enveloppe de 2,5 millions d’euros pour refaire la climatisation de l’Alcazar, en panne cet été.
  • Le poste de directeur des bibliothèques est vacant, un recrutement est en cours, tandis que la première pierre de la bibliothèque Saint Antoine doit (enfin) être posée avant la fin de l’année.

Ne l’appelez plus bibliothèque mais « médiathèque ». Après dix mois de travaux, les quartiers sud de Marseille retrouvent donc leur «  médiathèque Bonneveine », inaugurée vendredi soir. Nouveau mobilier, nouveaux espaces, des automates de prêts à tous les niveaux, éclairage et climatisation refaites : la deuxième bibliothèque du réseau, de par le nombre de prêts et l’importance des fonds, « correspond à ce qu’on attend aujourd’hui d’un tel équipement, à savoir un vrai lieu de vie, plus de confort, d’informatique et d’espaces pour les étudiants », assure Anne-Marie d’Estienne d’Orves, adjointe au maire en charge de la culture.

Côté horaires en revanche, rien de nouveau. La médiathèque sera toujours fermée le matin les mardis et jeudis (et le lundi, comme le reste du réseau), et entre 13 heures et 14 heures les autres jours. Alors qu’en 2013, un rapport de la cour régionale des comptes pointait « un volume annuel de jours d’ouverture plus faible » à Marseille que dans les autres grandes villes (correspond, grosso modo, à un mois de fermeture en plus), et que la situation du réseau marseillais est régulièrement pointée du doigt (les ouvertures le samedi sont par exemple aléatoires depuis la rentrée à la bibliothèque du Panier), nous avons voulu faire le point sur un dossier récurrent à Marseille, un de plus.

A quand de nouvelles bibliothèques ? Marseille compte huit bibliothèques municipales (quand Lyon en a 16). Le réseau est composé d’une bibliothèque centrale à vocation régionale (L’Alcazar), de deux bibliothèques de secteur (Bonneveine et Merlan) et de cinq bibliothèques de quartier (Castellane, Panier, Grognarde, Saint-André, Cinq Avenues). En décembre 2015, un rapport de l' inspection générale des bibliothèques déplorait ainsi un « réseau cruellement déficient, à rénover et à étoffer ».

Pour expliquer le différentiel avec d’autres grandes villes, Anne-Marie d’Estienne d’Orves rappelle « le choix qui avait été fait d’une très grande bibliothèque au cœur de la ville, et d’un réseau autour ». « C’était un investissement colossal, et l’Alcazar accueille aujourd’hui plus d’un million de visiteurs dans l’année », se félicite-t-elle. Après cette ouverture en 2004, le réseau devrait, « fin 2019-début 2010 », s’enrichir d’une nouvelle bibliothèque. Maintes fois annoncé puis repoussé, le projet Saint Antoine, dans les quartiers nord, doit en effet cette fois voir bientôt le jour. « La première pierre sera posée avant la fin de l’année, assure l’élue. Et nous travaillons sur le déplacement de la bibliothèque de La Grognarde, dans les quartiers Est, sur le site des Caillols. »

 

A quand des ascenseurs qui marchent à l’Alcazar ? Une climatisation défaillante, qui a forcé la bibliothèque centrale à fermer plusieurs semaines cet été, des ascenseurs régulièrement en panne, sans compter les autres défaillances pointées par une pétition des personnels et des usagers, sur change.org en juin dernier… Une visite à l’Alcazar promet souvent son lot de (mauvaises) surprises. « Elle est victime de son succès », tranche Anne-Marie d’Estienne d’Orves, pour qui tout cela relève « d’une usure tout à fait normale » d’un équipement très fréquenté et qui a presque 15 ans. Et qui renvoie à la délibération n° 185 du dernier conseil municipal : une enveloppe de 2,5 millions d’euros pour rénover la climatisation. C’est déjà ça.

A quand une bibliothèque ouverte le dimanche à Marseille ? Il faudra encore attendre pour voir exaucer à Marseille ce vœu cher au président Macron. Pas question, comme à la bibliothèque de Mériadeck à Bordeaux, d’expérimenter une ouverture dominicale, même si « on a tous envie de pouvoir accueillir les jeunes tard le soir, et plus tôt le matin », dit Anne-Marie d’Estienne d’Orves. Epinglée sur le temps de travail des agents municipaux, la ville vient d’augmenter leur volume annuel. A l’Alcazar, on trouve cependant toujours porte close avant 11 heures le matin. « Nous proposerons des points concrets sur lesquels nous travaillons », assure l’élue, sans plus de détails sur les pistes de réflexion sur les horaires d'ouverture. A suivre donc.

A quand une gouvernance qui fonctionne ? A Marseille, difficile de trouver plus grand turn-over qu’au poste de directeur (trice) des bibliothèques. Sans compter que la ville ne compte pas dans ses rangs de conservateur d’Etat (quand Lyon, en 2011, comptait huit conservateurs d’Etat, selon le rapport de la chambre régionale des comptes). En cause : les problèmes de gouvernance qui empêcheraient les conservateurs de réaliser leurs missions dans des conditions satisfaisantes. Pour l’élue à la culture, le départ de Marie-Hélène Cazalet, restée deux ans à la tête du réseau des bibliothèques municipales, n’est pas une surprise : « Elle était proche de la retraite, il lui restait que quelques années à faire, on le savait ». La ville étudie à présent les candidatures, une prise de poste devrait se faire au premier semestre 2019. « Ce n’est pas désagréable de repartir dans une nouvelle procédure de recrutement, veut croire Anne-Marie d’Estienne d’Orves. Cela peut permettre d’avoir du sang neuf. »