Hommage à Charles Aznavour: Emmanuel Macron livre un long discours sur le lien entre le poète, sa langue et son pays

HOMMAGE Le président de la République a notamment évoqué la francophonie...

Benjamin Chapon

— 

Emmanuel Macron se recueille devant le cercueil de Charles Aznavour le 5 octobre 2018 aux Invalides (Paris) lors de l'hommage national
Emmanuel Macron se recueille devant le cercueil de Charles Aznavour le 5 octobre 2018 aux Invalides (Paris) lors de l'hommage national — Christophe Ena/AP/SIPA

Lyrique, et long. Voilà ce que l’on retiendra du discours d’Emmanuel Macron lors de l’hommage national rendu vendredi à Paris à Charles Aznavour. Quatre jours après la mort, à 94 ans, de la légende de la chanson française, le président de la République a livré un discours à la fois solennel et emphatique.

« Charles Aznavour est devenu unanimement un des visages de la France », a débuté Emmanuel Macron, remettant inlassablement son hommage dans le contexte de la postérité nationale. « Au fil des années, cette présence, cette voix, cette intonation reconnaissable entre toutes s’est installée dans nos vies, quelle que soit notre condition, quel que soit notre âge », a souligné le président, saluant la mémoire d’un artiste qui n’a cessé de s’abreuver dans la langue française « qu’il sut faire vivre ».

« Ses chansons furent pour des millions de personnes un baume, un remède, un réconfort », a-t-il encore ajouté.

La langue et la chair

Emmanuel Macron a insisté sur le rapport de Charles Aznavour à la langue française, rendant hommage aux parents arméniens de Charles Aznavour, né Shahnourh Varinag Aznavourian à Paris en 1924, et devenu « français par la langue. C’est par là qu’Aznavour devint ainsi français et même disait-il parisien, ancrant par les mots son imaginaire dans une identité qui n’était pas celle de ses parents, prenant pied dans la longue tradition des conteurs, des poètes. »

Enfant de la diaspora arménienne, le chanteur « savait, dans sa chair, que la France véritable est celle qui accueillie, qui ne se racornit pas dans la peur obsidionale mais continue de vivre dans l’hospitalité », a souligné le président. Charles Aznavour devait se rendre en Arménie la semaine prochaine avec Emmanuel Macron, pour le sommet de la Francophonie.

Hommage à l’homme et au poète, le discours d’Emmanuel Macron a été salué par de longs applaudissements des nombreuses personnes réunies devant un écran géant à l’extérieur des Invalides.