Mort de Charles Aznavour: Son fils Mischa lui a écrit une émouvante lettre d'adieu

DEUIL Mischa Aznavour, l’un des six enfants du chanteur décédé le 1er octobre, a publié un hommage à son père dans «Paris Match»…

B.C.

— 

Mischa et Charles Aznavour en 2010
Mischa et Charles Aznavour en 2010 — NIVIERE/SIPA

Alors que la France, et le monde entier, vont dire adieu à Charles Aznavour ce vendredi au cours d’un hommage national aux Invalides, son fils Mischa lui a adressé une bouleversante lettre d’adieu, publiée dans Paris Match.

« Tout semble irréel. Me voilà semi-orphelin. C’est étrange comme ce que l’on ne cesse de redouter prend soudain une saveur âpre lorsque cette crainte vous frappe en plein cœur », débute Mischa Aznavour. Il parle ensuite de son chagrin avec pudeur mais sans éluder la douleur : « Alors, c’est cela ? Rien que cela. Un vide abstrait, une absence à laquelle il faut se résigner, vaille que vaille. »

« Je parle ton langage de silence »

Perdre son père, c’est toujours perdre son père. Mais pour Mischa Aznavour, il faut aussi composer avec la célébrité de Charles Aznavour : « Sur les ondes, ta voix passe en boucle. Des gens parlent de toi, de ce que tu as été, de ce que tu as réalisé. J’entends des pleurs, de la tristesse. Et moi, au milieu de ces maux, je suis comme un étranger. »

Mischa Aznavour évoque aussi la pudeur, « des mots d’amour, certes, on s’en est peu dit », qui le liait à son père, homme de lettres mais de peu de mots : « Certains passent à côté de ceux qu’ils aiment en se demandant s’ils se sont bien compris. Moi, je t’ai compris (…) Moi, je parle ton langage du silence. » EN conclusion de sa lettre, le fils se fait lyrique et tutoie son père sur le terrain de l’aisance stylistique : « Je ne saurais te dire adieu, mon père, adieu mon ange, mon amour. Puisque je suis fait de ta propre poussière, tu voyages en chacune de mes pensées. Tout en moi n’est qu’amour de toi. Et l’amour ne meurt jamais. »