«J’ai fait tout ce que je pouvais»... Victor Solf annonce la fin du groupe Her

MUSIQUE Le Rennais avait fondé le groupe en 2015 avec Simon Carpentier, décédé l’an dernier...

Camille Allain
— 
Victor Solf du groupe Her, ici en avril 2018 à la Seine Musicale.
Victor Solf du groupe Her, ici en avril 2018 à la Seine Musicale. — S. Edmond / SIPA
  • Le groupe rennais Her jouait au Liberté vendredi soir.
  • Le leader Victor Solf a annoncé la fin du groupe après le concert au Zénith de Paris en février.
  • Le groupe Her avait perdu l'un de ses membres fondateurs Simon Carpentier, décédé en août 2017 d'un cancer. 

« J’avais fait la promesse à Simon de terminer l’album, d’emmener Her le plus loin possible. J’ai fait tout ce que je pouvais. » Vendredi soir, Victor Solf a annoncé au public rennais massé au Liberté qu’il mettait un terme au projet Her. Fondé en 2015 après l’épopée des Popopopops, le groupe avait vécu une tragédie à la mort de Simon Carpentier, décédé en août 2017 d’un cancer.

Se sachant condamné, le jeune musicien de 27 ans avait beaucoup échangé avec son pote sur l’avenir de leur bébé commun, lui faisant promettre de boucler leur album. Sorti six mois après le décès, le disque soul a été acclamé par la critique, propulsant Her au rang des groupes français les plus en vogue.

« C’est très douloureux parce que Simon n’est plus là »

Mais après une longue tournée internationale qui s’achèvera en février au Zénith de Paris, Victor Solf mettra un terme au projet. « Fier, très fier » mais éreinté d’avoir à porter le groupe sur ses solides épaules. « C’est un sentiment très contradictoire. D’un côté, c’est très beau à incarner. On a vécu des moments incroyables. Mais c’est aussi très dur à porter. J’ai besoin d’alléger ma vie, expliquait Victor Solf à 20 Minutes, à la veille du concert à Rennes. C’est très douloureux parce que Simon n’est plus là, même s’il y a toujours une partie de lui qui m’accompagne. »

L’an dernier, Victor Solf n’a pas seulement perdu son binôme. Il a aussi perdu son meilleur pote, son confident, son témoin de mariage. « J’ai longtemps culpabilisé de ne pas faire assez. Je lui avais demandé ce que je devrais faire après la sortie de l’album. Il m’avait simplement dit que lui ne serait plus là », se souvient le musicien, qui enchaîne. « Aujourd’hui, j’ai le sentiment que j’ai fait tout ce que je pouvais. J’ai pris la décision d’arrêter Her ».

« Ça ne s’arrête pas là »

Le groupe va donc s’éteindre après une ultime date au Zénith de Paris en février. « Ce sera une grande fête », promet Victor Solf. « Ce sont cinq ans de ma vie qui vont s’achever. C’est une page qui se tourne. Mais ça ne s’arrête pas là ». Après les Popopopops et Her, le Rennais souhaite se concentrer sur un projet solo, probablement intitulé Victor S.