VIDEO. «Quand j'ai chanté le jour de son enterrement, j’ai senti que ma vie ne serait plus la même», le groupe Her joue à Rennes

MUSIQUE Orphelin de son meilleur ami, décédé en 2017, Victor Solf a porté le groupe jusqu’au sommet...

Camille Allain

— 

Victor Solf, du groupe Her, ici lors d'un concert à la Seine Musicale a Boulogne-Billancourt en avril 2017.
Victor Solf, du groupe Her, ici lors d'un concert à la Seine Musicale a Boulogne-Billancourt en avril 2017. — S. Edmond / SIPA
  • Le groupe rennais Her joue ce vendredi au Liberté, la plus grande salle de concerts de Rennes. «Avec Simon, on a toujours rêvé d'y jouer.»
  • Un rêve pour Victor Solf et Simon Carpentier, décédé l’an dernier des suites d’un cancer.
  • Incarné par Victor Solf, Her a poursuivi son chemin jusqu’aux plus grandes scènes européennes.
  • Le groupe jouera ce soir « à la maison » un concert sans doute teinté d’émotion.

Ils passaient devant tous les jours, contemplant les affiches des grands artistes invités. Depuis qu’ils s’étaient rencontrés au lycée Emile-Zola, Simon Carpentier et Victor Solf rêvaient de jouer au Liberté, situé à deux pas de leur bahut. Un peu plus d’un an après le décès de son meilleur ami, Victor réalisera leur rêve en emmenant Her sur la scène de la plus grande salle de concerts de Rennes ce vendredi. Avec une pensée émue pour son pote, emporté par un cancer alors qu’il n’avait que 27 ans.

« Tout est parti de Rennes. C’est ici que ça a commencé. Dans des petits festivals de quartiers, dans des bars minuscules. Jamais je ne l’oublierai. » Au lendemain de son concert à Bordeaux, Victor Solf a la voix grave et le ton ému. Il sait que la soirée qui l’attend ce vendredi aura une saveur particulière. « Toute ma famille sera dans la salle. Celle de Simon sans doute aussi. Ça va être très beau. J’ai envie de profiter de chaque seconde de cette tournée. »

Sélectionné par Apple dans une pub

Formé en 2015 sur les cendres des Popopopops, le duo Her a rapidement pris du galon grâce à sa musique soul minimaliste, jusqu’à séduire le géant Apple pour une publicité pour l’iPhone.

La mort de Simon Carpentier en août 2017 aurait pu éteindre la flamme. Ce fut le contraire. « J’avais fait la promesse à Simon de terminer l’album. De faire tout ce que je pouvais pour qu’on soit fiers de Her. Ça a commencé quand j’ai chanté le jour de son enterrement​. J’ai senti ce jour-là que ma vie ne serait plus la même ».

Depuis ce jour d’août, Victor Solf incarne Her, comme habité par une mission à accomplir. Une mission qui l’aura emmené, lui et ses musiciens, aux quatre coins de l’Europe et sur les plus grandes scènes et les plateaux télé. « C’est une très grande fierté. On a toujours eu beaucoup de bienveillance du public. De la ferveur aussi. Ça nous a portés », témoigne Victor. L’aventure Her va se poursuivre jusqu’à février et un concert au Zénith de Paris Bercy. Un autre rêve.