«Mega Man 11»: «Mega Man n'est pas Mario, mais il a un côté old school qui plaît aux fans»

INTERVIEW Au milieu des jeux mastodontes de la rentrée, s'est glissé un petit robot bleu et pixélisé. Le célèbre producteur Kazuhiro Tsuchiya nous en dit plus...

Propos recueillis par Vincent Julé

— 

«Mega Man 11» marque le retour du petit robot bleu et les 30 ans de la saga de Capcom
«Mega Man 11» marque le retour du petit robot bleu et les 30 ans de la saga de Capcom — Capcom

FIFA, Tomb Raider, Assassin's Creed, Call of Duty, Red Dead Redemption… Toutes les grosses licences du jeu vidéo font leur retour cette rentrée, et parmi elles, s’est glissé un petit robot bleu et pixélisé, toujours prêt à sauver le monde des plans machiavéliques du Dr Wily. Mega Man est en effet de retour pour un onzième épisode, disponible depuis mardi sur PS4, Xbox One, PC et Nintendo Switch. Malgré plusieurs dizaines de jeux à son actif et 30 millions d’exemplaires vendus, le héros de Capcom est toujours resté plus discret que d’autres mascottes du jeu de plates-formes, comme Mario ou Sonic.

Megan Man 11 est un double événement, car il marque la fin d’une absence de près d’une décennie, ainsi que les 30 ans de la franchise et du premier jeu culte sur NES. 20 Minutes s’est ainsi entretenu avec le producteur Kazuhiro Tsuchiya, pour un petit coup d’oeil dans le rétro (gaming).

Pourquoi a-t-il fallu attendre huit ans pour avoir un nouveau Mega Man ? La faute aux projets abandonnés Universe et Legends 3 ?

C’est une partie de la raison, oui. Impossible de nier que l’annulation successive de projets sur la licence a pu refroidir, à un moment, les équipes de proposer des titres Megaman en interne. Mais je pense que la raison principale est qu’après Mega Man 10, qui était très proche du jeu culte sur NES dans son style et sa technique, il nous a été difficile de définir la suite, le next step pour la saga.

Mega Man 11 marque à la fois le retour de la franchise, et l’anniversaire de ses 30 ans.

De quoi nous mettre doublement la pression. (rires) Mais plus que ses trois décennies d’histoire, c’est le très grand nombre de fans à travers le monde auquel nous pensions. Pour choisir le style de cette suite très attendue, nous avons ainsi analysé les retours des fans, discuté pendant des heures, des jours, des semaines de ce que devait être ce Mega Man 11, et de l’avenir de la licence en général. Parmi tous les jeux sur lesquels j’ai travaillé, celui-ci tient une place toute particulière.

Quel était le maître mot sur cet épisode, un hommage aux jeux rétro ?

Il fallait qu’une fois la manette en mains, les joueurs puissent se dire « c’est un vrai jeu Mega Man ». Or, il y a presque autant d’éléments qui caractérisent le personnage et la licence qu’il n’existe de fans. Le risque était donc de ne satisfaire personne en voulant faire plaisir à tout le monde, et de se retrouver avec un concept vague et tiède. Tous les membres de l’équipe, qui sont aussi des fans, ont ainsi échangé, partagé, confronté leurs visions du jeu.

Cela donne plusieurs nouveautés, et le retour de différents niveaux de difficulté.

La série existe depuis trente ans, certains hardcore gamers ont donc acquis un sacré niveau, une technique redoutable. Mais vous aurez aussi des joueurs pour lesquels ce onzième opus sera leur tout premier Mega Man. Nous devions donc nous assurer que quel soit son niveau de dextérité et de compréhension du gameplay, le joueur puisse s’amuser. Parmi les nouveautés, Mega Man 11 propose, comme beaucoup de jeux modernes, la possibilité de partager et de comparer les vidéos de ses parties, et ainsi de montrer son style de jeu unique. Car avec le nouveau système Double Gear, qui permet d’activer les deux Speed et Power Gears en simultané, les joueurs peuvent repenser leur approche pour se sortir d’affaire ou se débarrasser d’un boss.

S’il est moins connu qu’un Mario, Link ou Sonic, Mega Man a des fans très fidèles, comment l’expliquez-vous ?

Wouah, que des noms prestigieux ! Merci pour la comparaison. (rires) Des licences comme Mario ou Zelda ont défini des générations entières de joueurs, Mega Man, en comparaison, a ce côté plus odl school qui plaît encore à de nombreux fans.

Certains fans ont même créé leurs propres jeux Mega Man, vous y avez joué ?

Je les ai évidemment vus. Il y a plus de vingt ans, ces jeux n’étaient que des clones ou de médiocres copies qu’il était impossible de terminer. Mais depuis, on a pu en découvrir certains qui démontraient toute leur passion pour la saga, et même un vrai talent.