Lady Gaga, une étoile est née... Ou les dates clés qui ont fait d'elle une star

MUSIQUE Retour sur les temps forts des dix années de carrière de Lady Gaga, à l’affiche de « A Star is Born » depuis ce mercredi…

F.R.
Lady Gaga à l'avant-première de «A Star is Born» à Londres, le 27 septembre 2018.
Lady Gaga à l'avant-première de «A Star is Born» à Londres, le 27 septembre 2018. — LTA/WENN.COM/SIPA

Cela fait dix ans qu’elle est une star. Stefani Joanne Angelina Germanotta, alias Lady Gaga, aurait pu se limiter aux tubes pops et aux apparitions médiatiques dans des tenues insensées. Or, elle a su se renouveler, s’immerger dans d’autres styles musicaux et s’investir dans la comédie. A Star Is Born, le film de Bradley Cooper sorti ce mercredi, dans lequel elle tient le premier rôle, pourrait lui valoir un Oscar de la meilleure actrice. Retour sur sept dates clés de sa carrière qui ont contribué à faire de Lady Gaga une star, au sens strict du terme.

  • 19 août 2008, sortie de « The Fame »

Le titre du premier album de Lady Gaga, sorti durant l’été 2008, aurait pu être présomptueux. Il était prémonitoire. Avec The Fame (« La Gloire »), l’artiste rencontre rapidement un succès international. Porté par des hits comme Just Dance, Paparazzi ou Poker Face, il devient disque de diamant en France.

Un an plus tard, il est réédité sous le titre The Fame Monster, avec des morceaux additionnels tels que Bad Romance, Alejandro ou Telephone, autres tubes en puissance. « Ce n’est plus un album, c’est un best-of », clame le slogan du spot publicitaire. Lady Gaga fait danser la terre entière et se démarque par ses clips et tenues excentriques.

  • 20 septembre 2011, sortie du premier duo avec Tony Bennett

La star du jazz Tony Bennett sort, en 2011, un album de duos, Duets II. A cette occasion, Lady Gaga, de soixante années sa cadette, reprend à son côté The Lady is a Tramp et prouve qu’elle est à l’aise dans un univers éloigné de la pop. En 2014, les deux artistes sortent un album commun, Cheek To Cheek, sur lequel ils partagent une dizaine de titres. Lady Gaga délaisse les excentricités et s’ouvre à un nouveau public, plus âgé, avec succès. Le disque dépassera le million d’exemplaires vendus.

  • 7 octobre 2015, diffusion du premier épisode de « AHS – Hotel »

Lady Gaga avait auparavant fait de la figuration dans Les Sopranos, joué son propre rôle dans Gossip Girl et fait de courtes apparitions au cinéma (Men in Black 3 ; Sin CityJ’ai tué pour elle…), mais c’est avec la série American Horror Story – Hotel, diffusée sur la chaîne américaine FX, qu’elle décroche son premier grand rôle.

Soit celui d’Elizabeth Johnson, alias la Comtesse, qui règne sur l’hôtel Cortez où se déroulent des événements étranges. Chaque épisode semble être conçu pour ériger l’artiste en icône glamour. Un écrin au creux duquel elle se livre à divers excès. Et ça lui réussit puisqu’elle sera récompensée du Golden Globe de la meilleure actrice dans une mini-série. Autrement dit, un adoubement de la part du petit monde des acteurs.

  • 28 février 2016, l’émotion aux Oscars

L’Oscar de la chanson originale a été décerné à Writing’s on The Wall, du film Spectre, mais c’est la prestation de Lady Gaga qui a marqué les esprits. Sur la scène du Dolby Theater de Los Angeles, elle interprète Till It Happens To You (« Tant que ça ne t’est pas arrivé »), extraite de The Hunting Ground. Les paroles de ce morceau évoquent les traumatismes des victimes de viols et d’agressions sexuelles.

Des dizaines de victimes rejoignent la star sur scène et l’assistance leur réserve une ovation debout. Rétrospectivement, ce moment est d’autant plus marquant qu’il est survenu un an et demi avant qu’éclate l’affaire Weinstein et que soit lancé le mouvement #MeToo. Le temps d’une chanson, les violences sexuelles ont été clairement évoquées devant une assemblée en tenues de soirée. Plus légèrement, on signalera que Lady Gaga a de grandes chances de revenir sur la scène des Oscars l’an prochain, elle est donnée favorite pour sa performance dans A Star is Born.

  • 7 février 2017, le show de la mi-temps du Super Bowl

C’est l’un des événements musicaux les plus scrutés au monde : assurer le show de la mi-temps du Super Bowl est synonyme de consécration pour bien des artistes. Lady Gaga n’a pas failli à sa réputation dans le stade de Houston qui accueillait la 51e finale.

« Les seules déclarations que je ferai durant mon spectacle sont celles que j’ai faites de manière constante durant toute ma carrière », avait-elle prévenu. Dont acte dans un déluge pop, évoquant aussi bien l’univers postapocalyptique de Mad Max que les super-héros. En commentant, en chanson, l’Amérique post-élection de Donald Trump, Lady Gaga a livré un condensé de sa carrière, tant sur le fond que sur la forme.

22 septembre 2017, « Five Foot Two » sur Netflix

Le titre Five Foot Two fait référence à la taille de Lady Gaga (5,2 pieds, soit environ 1,60 m). Ce documentaire suit la star en coulisses pendant près d’un an. On la voit en studio, assurer des interviews ou se préparer au show du Super Bowl.

Mais c’est surtout ce qu’elle laisse entrevoir de son intimité que l’on retient. On la voit faire écouter, très émue, à sa grand-mère son album Joanne, intitulé ainsi en hommage à sa tante Joanne Germanotta, décédée à l’âge de 19 ans. On la voit aussi en larmes se tordre de douleur en raison de la maladie chronique dont elle souffre. Lady Gaga évoque sa fibromyalgie et ne redoute pas d’apparaître vulnérable. Quand tant d’autres stars cherchent à se présenter comme des monsieur et madame Tout-le-monde alors qu’ils accumulent caprices et train de vie indécents, l’artiste effectue le chemin inverse : elle apparaît comme une jeune femme toute simple qui se dissimule derrière des atours exubérants. Elle semble désormais prête, comme on le voit dans A Star is Born, à se montrer sans fard, au propre comme au figuré.