VIDEO. Mort de Charles Aznavour: A ses débuts, ses chansons étaient jugées obscènes et censurées

HISTOIRE Le Comité d’écoute de la Radio Télédiffusion Française a frappé à plusieurs reprises dans les années 1950...

B.C.

— 

Charles Aznavour en 1956
Charles Aznavour en 1956 — ECLAIR MONDIAL/SIPA

Unanimement considéré comme l’un des plus chanteurs français bien avant  sa mort, à 94 ans, Charles Aznavour n’a pas toujours connu le succès. Après des débuts très difficiles, le chanteur a aussi connu la censure. Même si cela est difficile à imaginer pour les plus jeunes, Charles Aznavour a, à une époque, était considéré comme un chanteur obscène.

Trois titres censurés

En 1955, le Comité d’écoute de la Radio Télédiffusion Française, aujourd’hui intégré à Radio France, avait censuré Après l’amour. La radio n’avait pas le droit de la diffuser. En cause ?  Des paroles sans équivoque décrivant un couple au lit après l’amour, mais aussi une musique langoureuse. Après l’érotisme, le Comité censure une autre chanson d’Aznavour en 1956 pour des questions morales. Dans Je veux te dire adieu, il se met dans la peau d’ un mari trompé qui ose chanter, sans haine, son malheur. Rebelote quelques mois plus tard, toujours en 1956 avec Moi j’fais mon rond où, cette fois, Charles Aznavour interprète un proxénète. Dans un argot parisien, il chante les détails et la routine de son boulot.

D’autres titres de Charles Aznavour ont fait scandale par la suite, de La Bohème à Comme ils disent, mais il ne connaîtra plus la censure en tant que tel. Peu à peu, il perdra aussi l’image de ses débuts d’un jeune homme avide de scandale et qui chante chemise ouverte à la télévision.