VIDEO. Mort de Charles Aznavour: Cinq chansons entrées dans le patrimoine

MUSIQUE Charles Aznavour, décédé ce lundi à l'âge de 94 ans, laisse derrière lui de nombreux succès parmi lesquels des classiques de la chanson française...

F.R.

— 

Charles Aznavour en concert à Varsovie (Pologne), en juin 2014.
Charles Aznavour en concert à Varsovie (Pologne), en juin 2014. — BARTOSZ KRUPA/EAST-NEWS/SIPA

Il avait enregistré plus de 1.200 chansons. En sélectionner seulement cinq semble donc être un exercice aussi dérisoire que limité, mais voici cependant une poignée des titres les plus emblématiques de la carrière de Charles Aznavour, décédé ce lundi à l’âge de 94 ans. Des succès qui font partie de l’histoire de la chanson française et sont autant de monuments du patrimoine musical.

  • « Je m’voyais déjà »

Yves Montand avait refusé de chanter cette chanson en arguant qu’elle ne pourrait jamais marcher. C’est pourtant ce tube, créé en 1960 qui a donné une autre dimension à la carrière de Charles Aznavour. Je m’voyais déjà est le récit, à la première personne, des rêves de gloires et des sombres déboires d’un artiste raté. Des paroles pleines d’ironie, qui au départ résonnaient particulièrement dans l’univers du chanteur qui a vécu un début de carrière difficile.

  • « Emmenez-moi »

« Emmenez-moi, au bout de la terre. Emmenez-moi au pays des merveilles. Il me semble que la misère serait moins pénible au soleil… » Cette chanson de 1967 est sans doute l’une de celles du répertoire de Charles Aznavour qui a le mieux traversé les générations, celle dont le refrain est le plus susceptible d’être repris en chœur par les jeunes et moins jeunes.

  • « La Mamma »

Ce standard de Charles Aznavour a été chanté en premier par les Compagnons de la Chansons, mais c’est l’interprétation toute en intensité du chanteur qui est restée dans les mémoires. Les paroles ont été signées par Robert Gall – le père de France – qui à l’époque avait voulu rendre hommage à sa mère qui venait de mourir. La Mamma s’est écoulée à plus de 1.2 millions d’exemplaires en 1964 et a fait le tour du monde.

  • « La Bohème »

« Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître »… Ces premières paroles de La Bohème, tout comme son refrain, sont entrés instantanément dans la mémoire collective. D’abord interprétée par Georges Guétary dans l’opérette Monsieur Carnaval, elle a été popularisée en 1966 par Charles Aznavour dont le disque a dépassé la barre du million d’exemplaires vendus. Lorsqu’il chantait La Bohème sur scène, le chanteur avait toujours un mouchoir blanc – pour représenter la pureté – à la main qu’il laissait tomber sur les ultimes notes, comme pour représenter la jeunesse enfuie et parachever ainsi la dimension nostalgique de ce classique de la chanson française.

  • « Comme ils disent »

En 1972, Charles Aznavour écrit une chanson, qui se démarque par sa bienveillance, inspirée de plusieurs hommes gays de son entourage (son ami décorateur Andouchka, son secrétaire particulier et chauffeur…). Le texte décrit le quotidien d’un transformiste qui habite seul avec sa maman, « dans un très vieil appartement, rue Sarasate », et propose « un numéro très spécial, qui finit en nu intégral ». Ce qui provoque la surprise de l’assistance : « Je suis un homme, "Oh !", comme ils disent ». Le chanteur dénonce au passage les regards moqueurs et les préjugés qui n’épargnent pas à l’époque les homosexuels. L’anecdote raconte qu’après que Charles Aznavour a chanté pour la première fois cette chanson sur scène, il a reçu la visite dans sa loge de Charles Trenet qui lui a confié sa jalousie car il aurait aimé écrire un tel morceau.

Une grande partie des anecdotes de cet article ont été puisées dans Le Petit Lecoeuvre Illustré (éd. du Rocher).