«ONPC»: Charles Consigny répond à la polémique et s’attaque à Mounir Mahjoubi

MISE AU POINT Le chroniqueur de Laurent Ruquier a fait réagir en disant qu’aujourd’hui, dans certains milieux, « c’est presque plus facile de réussir quand on est fils d’immigrés, noir et pédé… »…

L.B.

— 

Charles Consigny, Laurent Ruquier et Christine Angot dans l'émission «On n'est pas couché»
Charles Consigny, Laurent Ruquier et Christine Angot dans l'émission «On n'est pas couché» — Bernard Barbereau - FTV

« Je n’ai jamais dit cela », s’énerve Charles Consigny, le nouveau chroniqueur d’On n’est pas couché. Après l’émission de samedi soir sur France 2, la discussion entre le remplaçant de Yann Moix et Kiddy Smile, a fait beaucoup réagir. Charles Consigny a répondu à l’invité de Laurent Ruquier, qui s’était fait remarquer lors de la Fête de la musique avec un tee-shirt noir sur lequel on pouvait lire « Fils d’immigrés, noir et pédé » pour dénoncer la loi Asile et Immigration d’Emmanuel Macron.

« Aujourd’hui, en réalité, c’est presque plus facile de réussir quand on est fils d’immigrés, noir et pédé que quand on est fils de Français de "souche", blanc et hétérosexuel… », avait-il lancé après avoir expliqué que « les choses ont beaucoup changé ces derniers temps, notamment dans les domaines de la mode, de la musique, de la télé, des médias… ».

« Suis sidéré par la mauvaise foi de ces articles »

Dimanche soir, le jeune polémiste a démenti avoir tenu ces propos, en tweetant un article de BFMTV : « "C’est plus facile de réussir quand on est fils d’immigrés, noir et pédé", assure Charles Consigny ». « Je n’ai jamais dit cela. J’ai repris le slogan arboré par Kiddy Smile sur son tee-shirt lors de la Fête de la musique et fait remarquer que dans certains milieux comme les médias ce n’était plus un handicap pour réussir. Suis sidéré par la mauvaise foi de ces articles », s’est-il agacé avant de répondre directement à Mounir Mahjoubi. Le secrétaire d’État chargé du Numérique s’était indigné des « effets dévastateurs » des propos de Charles Consigny, Eric Zemmour et Marcel Campion.

« La moindre des choses quand on est secrétaire d’Etat c’est de vérifier les infos qu’on relaie. Je vous invite à constater que je n’ai pas tenu les propos que vous me prêtez. Je parlais du milieu des médias en reprenant le slogan arboré par un musicien sur son tee-shirt… ! », a taclé Charles Consigny, avant de reprendre : « Et je vous invite naturellement à tirer les conséquences de votre erreur en supprimant ce tweet qui relaie une fake news… » Personne, apparemment, ne semble avoir compris ses propos.