Top Mylène Farmer: On a classé les singles de la chanteuse du pire au meilleur (places 39 à 30)

MUSIQUE Alors que la chanteuse sort ce vendredi « Désobéissance », un nouvel album studio, passage en revue des morceaux les plus (ou moins) marquants de sa discographie…

Fabien Randanne

— 

Mylène Farmer sur le plateau de l'émission d'Antenne 2 (ex-France 2)
Mylène Farmer sur le plateau de l'émission d'Antenne 2 (ex-France 2) — LAVAL/SIPA

Il y a quelques semaines, nos confrères du Point ont livré leur classement de l’intégralité des chansons de Michel Sardou. De l’autre côté de l’Atlantique, c’est Entertainment Weekly qui s’est amusé à hiérarchiser les tubes de Lady Gaga à l’occasion des dix ans de carrière de la star. Au tour de 20 Minutes de se prêter à l’exercice avec les singles de Mylène Farmer. Elle est l’artiste qui a classé le plus de titres à la première place du Top 50 : dix-huit. Prenons le prétexte de la sortie, ce vendredi, de Désobéissance, le nouvel album de la chanteuse, pour replonger dans une discographie comprenant pas mal de morceaux cultes, certains ayant mieux traversé les décennies que d’autres, mais aussi des titres plus méconnus qui gagnent à être redécouverts. Ce classement est, bien évidemment, totalement subjectif et le second degré de certains commentaires parfaitement assumé. Que les fans soient prévenus : ce classement, totalement personnel, a été réalisé avec un brin de sarcasmes, un peu de mauvaise foi et beaucoup d’amour.


39. « Tristana » (1987)

Mylène Farmer a confié que le titre de la chanson faisait référence au film de Luis Bunuel du même nom… qu’elle n’a pas vu (du moins à l’époque où elle l’a écrite). Il suffit d’avoir vu une seule fois le clip, dans lequel la chanteuse opère un remake de Blanche Neige dans les steppes russes, pour que les images reviennent en tête à la moindre écoute de la chanson. Et si l’on prête attention à la mélodie et aux instruments, on se rend compte qu’il se passe plein de choses : quand le synthé devient un film d’action.

Meilleure place au Top 50 : 5

38. « Plus grandir » (1985)

La chanson mêle angoisse de la mort et enfance maltraitée mais, surtout, son clip, avec une Mylène Farmer brune déambulant dans un cimetière et s’arrêtant sur une tombe mentionnant son propre nom, a contribué, dès 1985, a accolé à l’artiste l’étiquette « macabre et chrysanthèmes ».

Meilleure place au Top 50 : 19

37. « L’amour n’est rien » (2006)

Mylène Farmer se met littéralement à nu dans le clip qui donne l’étrange impression d’assister à un strip-tease de Natacha Polony. C’est loin d’être le morceau le plus inspiré de la chanteuse qui nous sert un refrain coquinou-coquinette au goût de réchauffé.

Meilleure place au Top 50 : 7

36. « N’oublie pas » (2018)

La voix si particulière de LP n’est pas forcément celle qui se mêle le plus harmonieusement avec celle de Mylène Farmer. Dommage car cela empêche de se concentrer sur les paroles dédiées aux deuils, aux personnes qui nous ont quittés mais dont on ressent encore la présence à nos côtés.

Meilleure place au Top 50 : 1

35. « Innamoramento » (2000)

Ce mot difficilement prononçable et incompréhensible à moins d’avoir fait italien LV2 peut se traduire en français par « énamourement ». Soit un terme que pas grand monde utilise - et c’est bien dommage - et qui désigne le fait de s’énamourer, de tomber amoureux. Innamoramento est le titre du cinquième album de Mylène Farmer, sorti en 1999, et d’un des singles de cet opus. Ce n’est pas la chanson la plus mémorable de l’artiste, mais elle aura eu le mérite de familiariser une partie de son public avec le sociologue italien Francesco Alberoni qui, avec son livre, Le choc amoureux, a influencé la chanteuse.

Meilleure place au Top 50 : 3

34. « Déshabillez-moi » (live) (2007)

Mylène Farmer avait repris Déshabillez-moi sur son deuxième album studio, Ainsi soit je…, sorti en 1988, et l’avait chanté lors de sa première tournée en 1989. Mais il a fallu attendre qu’elle le rechante en 2006 sur scène à l’occasion de son Avant que l’ombre… A Bercy, pour que ce titre soit exploité en single. « Elle a un petit côté comme ça sado… Elle a un petit côté vainqueur. Elle a un petit côté cuir… avec ce physique fragile comme ça, illuminé par des bougies et tout à coup, elle balance ça. J’aime bien », décrivait en 2006 sur RFI Juliette Gréco, qui a été la première à interpréter ce morceau en 1967. En 2013, sur Europe 1, Gréco enfoncera le clou : « C’est la seule version, moi, que j’ai vraiment appréciée ». Y a-t-il meilleure validation ?

Meilleure place au Top 50 : 10

33. « Dessine-moi un mouton » (live) (2000)

Cette chanson, évidemment inspirée du Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry, figure sur l’album Innamoramento (1999). Il sonnait alors comme un tube en puissance prêt à tourner en boucle en radio. Mais le titre ne sera exploité qu’en version live, captée sur le Mylenium Tour, sans véritablement cartonner auprès du grand public. S’il y a une chanson de Mylène Farmer qui aurait mérité un meilleur destin, c’est celle-là.

Meilleure place au Top 50 : 6

32. « Du temps » (2012)

Du Temps, est extrait du deuxième best-of de Mylène Farmer, 2001-2011. L’orchestration n’est absolument pas subtile, mais il y a quelque chose d’indéniablement efficace (si, si) dans ce morceau - bon, la choré waterproof dans le clip y est peut-être aussi pour beaucoup.

Meilleure place au Top 50 : 4

31. « Libertine » (1986)
Sorti en 1986, Libertine n’a pas fait mieux qu’une dixième place au Top 50. Il faudra attendre 2018 et une réédition du morceau... en vinyle, pour qu'il atteigne la première place (merci les fans collectionneurs !). Qu’un tel tube soit aussi bas dans notre classement peut surprendre et indigner. Mais Libertine doit avant tout son aura à son fantastique clip (qui a révolutionné la vidéo musicale en France) - le premier dans lequel elle apparaît avec sa chevelure rousse qui deviendra si distinctive - qu’à la chanson en elle-même. Aujourd’hui, quand il s’agit de reprendre le refrain « Je, je, suis libertine, je suis une catin », pas grand monde le fait au premier degré et l’exercice devient un concours gênant de minauderie à celui ou celle qui aura le « catin » le plus sonore (ce qui est à peu près aussi insupportable que ceux qui intercalent un « qui ça, qui ça ? ! » entre « au bout de la nuit » et « les démons de minuit » du tube d’Images). Et ne parlons même pas de l'affreuse reprise de Kate Ryan (pléonasme) en 2002.

Meilleure place au Top 50 : 1

30. « Regrets » (1991)

Seal, Sting, Khaled, Ben Harper, Line Renaud, LP… Les artistes qui ont chanté en duo avec Mylène Farmer ont des profils éclectiques. De tous ceux-là, Jean-Louis Murat est sans nul doute le plus cohérent avec la chanteuse. L’artiste du Puy-de-Dôme cultive lui aussi une certaine mélancolie et fait preuve de malice dans l’écriture de plusieurs de ses morceaux. Leurs deux voix se mêlent harmonieusement. Sans regret.

Meilleure place au Top 50 : 3

 

Méthodologie

Pour établir ce classement, plusieurs critères objectifs (la notoriété des chansons, le nombre d’exemplaires vendus…) et subjectifs (ce que les chansons représentent dans la carrière de Mylène Farmer, la qualité des textes, l’efficacité de la musique…) ont été pris en compte. N’ont été retenus que les morceaux sortis en singles et figurant sur un album studio ou live de la chanteuse : les duos, C’est pas l’heure et Never Tear Us Appart, interprétés avec, respectivement, Line Renaud et Ben Harper, par exemple, ne font pas partie de la sélection. Il en va de même pour la chanson On est tous des imbéciles, qui semble zappée de la discographie farmerienne. Enfin, lorsqu’un titre est sorti en single à la fois en version studio et en version live, seule la première version est retenue.

Le livre Mylène Farmer au fil des mots de Benoît Cachin et le site mylene.net ont été des outils précieux pour compléter les commentaires.