«Fortnite»: Le jeu vidéo cité comme raison dans les demandes de divorce, prétend une entreprise de divorce en ligne

ADDICTION Parmi les dossiers de divorce recensés par un site britannique, 200 d’entre eux concerneraient l’addiction d’un des époux au jeu vidéo «Fortnite»…

A.I.

— 

L'addiction à Fortnite expliquerait de plus en plus de divorces selon une étude du site britannique Divorce Online.
L'addiction à Fortnite expliquerait de plus en plus de divorces selon une étude du site britannique Divorce Online. — Daina Le Lardic /Isopix/SIPA

RECTIFICATIF : cette affirmation s'appuie sur un échantillonnage controversé et des chiffres donnés par une entreprise de demandes de divorce en ligne, et non de données de chercheurs ou données officielles. On ne peut donc pas en tirer de conclusions valables.Plus d'information sur ce sujet à lire dans cet article de notre rubrique Fake Off

Lancé en juillet 2017, Fornite n’en fini plus de faire parler de lui. Après les parents qui n’hésitent pas à embaucher des coachs pour que leurs enfants progressent au jeu vidéo et son mode « Bataille royale », une agence de publicité qui passe par Fornite  pour recruter, le jeu de survie ne semblerait pas faire survivre certains couples…

En effet, selon une étude, l’addiction de l’un des époux au jeu Fortnite a été citée dans 200 dossiers de divorce depuis le 1er janvier 2018. L’étude du site britannique Divorce Online, repris par les Américains de Quartz, affirmerait même que sur l’ensemble du territoire britannique, cela représente 5 % des cas de séparation.

En forte augmentation

Si elle ne concerne pas tous les cas de divorce, ils pourraient être amenés à se multiplier dans les prochains mois, car le jeu a désormais un impact social fort chez les jeunes enfants.

Comme le rappelle Divorce Online, la tendance globale s’inscrit dans la hausse du nombre de séparations liées à des addictions d’ordre numérique. L’utilisation accrue des réseaux sociaux et des paris en ligne sont aussi mentionnés dans 40 % des dossiers.

>>> A lire aussi: VIDEO. Dangereux, les jeux vidéo?>>> A lire aussi : L'OMS reconnaît l'addiction aux jeux vidéo comme une maladie mentale à part entière>>> A lire aussi: «Addiction» aux jeux vidéo: Les éditeurs remettent en cause la classification de l'OMS