«Le 93, c’est un département d’équipe mais pas un département de rap», NTM et Sofiane répondent à «20 Minutes»

EXCLUSIF A l'occasion de leur concert à la Fête de l'Humanité ce week-end, NTM et Sofiane reviennent sur l'album qui les réunit, «93 Empire», dont la sortie est prévue le 5 octobre prochain...

Propos recueillis par Romain Lescurieux et Clio Weickert

— 

JoeyStarr, Sofiane et Kool Shen ont répondu aux questions de «20 Minutes» avant leur concert à la Fête de l'Humanité (Seine-Saint-Denis)
JoeyStarr, Sofiane et Kool Shen ont répondu aux questions de «20 Minutes» avant leur concert à la Fête de l'Humanité (Seine-Saint-Denis) — Edmond Sadaka / SIPA pour 20 Minutes​

Ils ont mis la fièvre. Ce week-end, à l’occasion d’un concert à la Fête de l’Humanité, à la Courneuve, NTM et Sofiane ont dévoilé devant des milliers de spectateurs, un titre inédit : Sur le Drapeau. Cette ode à leur département, la Seine-Saint-Denis, figurera sur l’album « 93 Empire », un projet musical porté par Fianso et rassemblant une trentaine de rappeurs du 93, dont la sortie est prévue le 5 octobre prochain.

Rap game, Mbappé, passage de flambeau, rhum et démenti d’un album en 2019 pour NTM… JoeyStarr, Kool Shen et Sofiane ont répondu en exclusivité aux questions de 20 Minutes, juste avant de monter sur scène.

NTM et Sofiane chantent ensemble le titre «Sur le Drapeau» issu de l'album «93 Empire»
NTM et Sofiane chantent ensemble le titre «Sur le Drapeau» issu de l'album «93 Empire» - Edmond Sadaka / SIPA pour 20 Minutes​

Sofiane, comment est né le projet ? C’est quoi 93 Empire ?

Sofiane : Ce sont mes rêves de gosse. Maintenant qu’on m’a ouvert la porte, je fais tout ce qui me passe par la tête. On l’avait déjà expérimenté sur un clip l’année dernière dans mon projet #Jesuispasséchezso, sur un titre qui s’appelait 93 Empire, et de là on a décidé d’en faire un album. Il a fallu que je m’assure de tout bien maîtriser pour pouvoir appeler des artistes comme NTM et qu’on réalise cette grande chose.

NTM, qu’est ce qui vous a plu dans ce projet ? Pourquoi avoir suivi Sofiane ?

Kool Shen : Ce qui m’a plu, c’est que c’est Sofiane qui nous a demandé de venir. Plein de gens auraient pu appeler et on ne serait pas forcément venu. On se connaît depuis pas mal de temps. Il représente bien le département comme nous on a essayé de représenter le 9-3 depuis nos débuts. Artistiquement ça nous plaît, humainement aussi, donc c’était assez facile.

JoeyStarr : On était convié, on a répondu présent. Et Sofiane m’a accueilli avec du très bon rhum.

Sofiane, comment avez-vous vendu le projet à tous ces rappeurs ?

Sofiane : Je ne leur ai pas vendu de la même manière à tous, parce qu’ils n’ont pas les mêmes codes, il y a différentes générations de rappeurs. C’est une aventure cet album, dans le sens où le 93 c’est un département d’équipe, ça a été beaucoup de politique, beaucoup de soirées à discuter. Il y a des gens qui ne s’aiment pas forcément et qui se croisent sur ce projet, d’autres qui ne se serrent même pas la main, mais pour le drapeau, tout le monde est passé au-dessus de plein de considérations et d’ego. Comme on le dit dans le refrain de Sur le drapeau, « chez nous, c’est pas comme les autres ». On a une histoire et un ADN particulier.

Un ADN rap ?

La Seine-Saint-Denis n’est pas un département de rap, même si on a plus grand groupe de rap de l’histoire… On est un département de beaucoup de choses, mais pas de rap. Et là il s’avère que tous les nouveaux buzz, tout ce qui arrive de nouveau et qui marche, ça vient de chez nous ! Ça aurait été con de ne pas en profiter et de créer une aventure ensemble.

Sur cet album, on retrouve aussi bien NTM qui a commencé sa carrière il y a trente ans que la nouvelle génération de rappeurs, il y a une idée de passage de flambeau ?

Kool Shen : Nous, quand on a fait du rap c’était aussi pour transmettre. On a toujours eu des messages positifs dans ce qu’on avait à raconter, même si ça racontait des trucs de chez nous. Forcément il y avait des choses dures dans nos paroles, mais on a toujours essayé de faire ça en s’amusant, tout en étant productifs. On essaye de faire tout dans la compétition quand même. On s’amuse mais on ne rigole pas. La « relève » marche de la même façon, c’est ce qui me plaît dans ce projet.

Qu’avez-vous dit à cette nouvelle génération ?

Kool Shen : On leur a sûrement dit des choses à travers nos lyrics, mais sinon, à part Fianso je connais très peu de jeunes qui sont sur le projet.

Sofiane : NTM peut avoir un côté impressionnant pour certains. Un jeune rappeur, il ne va pas chercher NTM, il sait que c’est mort. Et là c’était le bon timing, il y avait leur tournée qui reprenait, moi j’avais fait leurs premières parties à Bercy. Il y avait un certain mouvement et une émulation. Et depuis un moment, toutes ces générations du 93 se font beaucoup de passes sur les réseaux sociaux, ils s’invitent, il y a beaucoup de barrières qui sont tombées.

Kool Shen : C’est mieux que les clashs. Et nous, c’est écrit dans un de nos premiers lyrics, on n’est pas des leaders, on n’a jamais voulu dire « il faut faire comme ça ». Si tu entends ce qu’on raconte et que tu arrives à te reconnaître dedans, c’est bien, mais on ne force personne.

« 9-3 c’est l’amour, la paix, 9-3 c’est la haine, la paix, ça fabrique des mecs à part, ça fabrique des Mbappé… » Dans la chanson, que vous chantez ensemble, Sur Le Drapeau, vous évoquez beaucoup la Seine-Saint-Denis, son image, ses talents, ses fiertés… Elle a beaucoup changé la Seine-Saint-Denis ces dernières années ?

Kool Shen : Dans les médias le 93 est toujours représenté à travers la haine et les côtés négatifs. Il y en a, comme dans tous les quartiers, mais il y a aussi de l’amour, de la paix, de la transmission, et ça, ça fabrique des Mbappé. Et dans tous les domaines. Mbappé reste un symbole aujourd’hui parce qu’il est sur le toit du monde.

Vous avez le sentiment que ce département a trop longtemps été délaissé ?

Sofiane : On ne va pas prendre le côté politique non plus, il y a des urgences mais le 93 ce n’est pas le seul endroit où il y a des difficultés. Mais c’est vrai que c’est un emblème : le 9-3. Si NTM n’avait pas dit le 9-3 il y a 20 ans on ne dirait pas le 9-4, le 7-5. Cet espèce d’attachement au département ils l’ont créé.

C’est important de la jouer collectif quand on vient du 93 ?

Sofiane : Le côté business du rap frustre du monde. Là, on fait de la musique. On s’éclate. Avec cet album, il y a un hashtag « 93C93 », ça veut dire : tes clashs dans le rap et tes inimitiés, on s’en tape. Tu es un mec de chez nous, vient rapper pour les mecs de chez toi. Tu es chaud ? Tu n’es pas chaud ? Remballe. L’idée c’est de mettre tout de côté et on se réunit sous le drapeau, la maison 93.

Kool Shen : Ça montre aussi que le rap ce n’est pas que de l’individualiste. A une époque, chacun prêchait pour sa chapelle alors que l’origine du hip-hop c’est du partage. Et de l’amusement. C’est la clé de la réussite dans ce que tu fais.

Le rap était devenu trop sérieux ?

Sofiane : Un moment ça se prenait beaucoup la tête. Certains restaient prisonniers de leur personnage.

Kool Shen : On est sérieux dans le taf mais dans les premiers albums de NTM, on n’était pas dans la prise de tête. Il y a plein de morceaux où on rigole, où on décompresse. On n’était pas bloqués sur "NTM ça doit dire ça, ça doit faire ça." Déjà, on s’appelle Nique Ta Mère, c’est la preuve qu’on fait ce qu’on veut. Et ça c’est important dans la musique.

Il s’adresse à qui cet album 93 Empire ?

Sofiane : Il s’adresse à tout le monde et pas à une seule génération. Ça va faire découvrir des artistes. Moi auprès du public de NTM par exemple. C’est la même chose pour Mac Tyer, qui est plus de la génération entre NTM et moi, et que les enfants de 15 ne connaissent peut-être pas. Sur cet album il y a aussi des stars de la rue que les trentenaires ne connaissent pas. Tout le monde y trouve son compte et tout le monde s’amuse.

Est-ce que le rap est toujours politique ?

Kool Shen : Chacun le fait un peu à sa sauce. Ça ne doit pas être obligatoirement politique. De notre côté, on a écrit des paroles qui se disent politiques mais quand je les écrivais, je ne me disais pas que je faisais de la politique. Je ne faisais pas un discours pour éduquer qui que ce soit.

Sofiane : Il ne faut pas chercher des explications partout et pour tout. Certains prennent le parti d’être des rappeurs engagés et qui jouent sur cette étiquette, ça les regarde. Comme ceux, qui divertissent ou ceux qui sont dans un style sixième degré. Il y a du rap pour tous les goûts, au chocolat, à la vanille, à la pistache. Pour tout le monde et à toutes les heures de la journée.

Il y aura une tournée ?

Sofiane : Oui, j’espère pour début 2019. Je vais déjà défendre une partie de cet album, lors de mon concert en décembre. NTM est déjà convié.

Kool Shen : On vient s’il paye cher ! (rires)

NTM, vous venez d’annoncer que vous allez sortir un nouvel album en 2019. On peut en savoir plus ?

Kool Shen : Nous, on a jamais déclaré qu’on allait faire un album. Ce n’est pas dans les tuyaux. Nous, on fait de la scène.