Marseille: Laurent Garnier, Maceo Plex, Charlotte de Witte... Le festival Acontraluz fait briller la rentrée

FESTIVAL Le festival Acontraluz se déroule ce vendredi, pour une soirée hip-hop, et ce samedi, pour une soirée électro, à Marseille…

Adrien Max

— 

Laurent Garnier clôturera la soirée électro du samedi soir, pour la 5e édition du festival Acontraluz à Marseille.
Laurent Garnier clôturera la soirée électro du samedi soir, pour la 5e édition du festival Acontraluz à Marseille. — Brice Robert
  • Le festival Acontraluz, ce week-end à Marseille, propose une soirée hip-hop le vendredi, et une soirée électro le samedi.
  • Grâce à l’expérience de son programmateur, Pascal Maurin, le festival a attiré de grands noms de la scène électro mondiale comme Laurent Garnier, Maceo Plex, Ben Klock ou Charlotte de Witte.
  • Le festival n’oublie pas de mettre sous le feu des projecteurs certains artistes marseillais.

« Nous sommes très satisfaits de la programmation ». Et il y a de quoi l’être. Pour sa cinquième édition à Marseille, le festivalAcontraluz (MMX l’année précédente), a fait fort côté programmation. Comme à l’accoutumée, le festival se divise en deux soirées sur l’esplanade du J4 : une soirée orientée hip-hop le vendredi soir, et une soirée consacrée aux musiques éléctroniques le samedi soir.

Le rappeur Alonzo, un des plus en vue sur la scène rap ces derniers mois, sera accompagné de Kalash. La soirée finira sur des tons plus dub, avec la participation de Panda Dub et de Stand High Patrol. Mais c’est surtout la soirée de samedi qui en jette. Avec des noms très connus de la scène électro internationale :  Laurent Garnier, Maceo Plex, Ben Klock et la DJ montante Charlotte de Witte, seule femme de la programmation.

« Certains n’ont jamais joué à Marseille »

« On a réussi à avoir un plateau de dingue pour le samedi soir. Nous nous y étions pris un peu tard l’année dernière donc nous n’étions pas complètement satisfaits de la programmation electro. Mais cette année, nous nous sommes hissés à la hauteur des plus grands festivals européens », se réjouit Pascal Maurin, programmateur du festival.

« Nous avons voulu proposer aux festivaliers des artistes qui ne s’étaient pas encore produits à Marseille de l’année, dont certains qui n’ont jamais joué à Marseille comme Ben Klock ou Maceo Plex », explique Pascal Maurin.

Un plateau de haut niveau, pour lequel le programmateur n’y est pas pour rien, forcément. « Je programme et produis beaucoup de festivals dans la région, dont le festival Colorz de Carpentras où Laurent Garnier s’était produit. Cela m’a permis de développer un réseau important. Mais le festival Acontraluz est très séduisant et surtout Marseille bouge de plus en plus », confie-t-il.

Les artistes locaux dans la lumière

Si le festival attire des têtes d’affiche renommées, l’Acontraluz vise également à mettre en lumière des artistes locaux, à l’image de Metaphore Collectif. « Ce sont des artistes marseillais qui représentent la nouvelle vague des musiques électroniques de Marseille. Ils sont très forts, tant au niveau de l’esthétisme de leur performance, que du côté musical », souligne Pascal Maurin.

« Nous œuvrons beaucoup pour mettre en lumière les artistes marseillais et la scène marseillaise, c’est donc super pour nous qu’un festival comme Acontraluz nous offre une scène locale pour faire rayonner la ville », se réjouit Julie, de Metaphore collectif. Si les grands noms invités ce week-end leur offriront une lumière certaine, ce n’est pas l’objectif du collectif. « On préfère la discrétion à la visibilité. Notre objectif est de traquer les artistes locaux, Marseille dispose d’une scène très riche, et de les mettre en avant et de faire bouger les choses afin de sortir Marseille des carcans du cliché qu'elle a souvent renvoyé à tord : les Marseillais ne sont pas des beaufs », précise-t-elle.

Un public marseillais, de plus en plus nombreux, qui se montre très curieux et fidèle. « Il est très ouvert en termes de musiques électroniques, beaucoup viennent plus pour écouter la musique que faire la fête. Certains n’hésitent pas à nous suivre dans des événements nationaux, voire internationaux, et beaucoup sont aussi engagés que nous, sur les réseaux sociaux par exemple », met en avant Julie. Aucun doute que la fête sera folle avec autant de beau monde réuni.

>> A lire aussi : «La rave fait-elle toujours rêver?»: «Tu as découvert la liberté! »,«Totalement!», dialogue entre un dinosaure de l'Acid House et une jeune pousse techno

>> A lire aussi : «La rave fait-elle toujours rêver?»: Dix femmes qui envoient du lourd aux platines