Choquant, surprenant, clivant... L'Etrange Festival commence mercredi

CINEMA La 24e édition du festival spécialisé dans le cinéma tout sauf mou du genou s'ouvre ce mercredi au Forum des images, à Paris...

Fabien Randanne

— 

Matt Dillon joue un serial killer dans le glaçant et grinçant «The House that Jack Built» de Lars von Trier.
Matt Dillon joue un serial killer dans le glaçant et grinçant «The House that Jack Built» de Lars von Trier. — Zentropa - Christian Geisnaes

Les amateurs d’œuvres fantastiques, de pépites horrifiques, de curiosités cinématographiques et autres bizarreries filmiques ont rendez-vous dès ce mercredi et jusqu’au 16 septembre au Forum des Images (Paris 1er) pour la 24e édition de l’Etrange Festival.

Pas moins de vingt et un films sont en lice du côté de la compétition internationale. Parmi eux, le glaçant et grinçant The House That Jack Built de Lars von Trier qui offre à Matt Dillon un rôle de serial killer, le meilleur rôle de sa carrière.

Ou bien encore Meurs, Monstre, Meurs, d’Alejandro Fadel qui n’est pas passé inaperçu au dernier festival de Cannes, et Mandy, avec Nicolas Cage, qui sortira directement en vidéo – ce sera donc le moment où jamais de le découvrir sur grand écran. On pourra aussi voir Laurent Lafitte camper un professeur déstabilisé par ses élèves dans L’heure de la sortie tandis que l’on prendra un ticket pour le tour du monde des folklores flippants avec The Field Guide to Evil. Et la liste est évidemment loin d’être exhaustive (le programme complet est en ligne par ici).

Le Climax de Gaspard Noé et le Coincoin de Bruno Dumont

Le festival ne se limite d’ailleurs pas aux films en lice pour le Grand Prix Nouveau Genre et le Prix du Public. Plusieurs sélections parallèles permettront aux spectateurs de (re) découvrir des raretés ou de voir des films en avant-première. Benoît Delépine viendra présenter I Feel Good qu’il a coréalisé avec Gustave Kervern et dans lequel Jean Dujardin est remarquable.

Gaspard Noé invitera le public à entrer dans la danse de son Climax quand Bruno Dumont comblera enfin l’attente de ceux qui attendaient la suite de son P’tit Quinquin : Coincoin et les Z’inhumains sera de la partie. On vous recommande aussi Diamantino, un film portugais, mettant en scène un footballeur star ultra-naïf qui va malgré lui donner son corps à la science (toute ressemblance avec Cristiano Ronaldo est « involontaire » nous dit-on…).

L’Etrange Festival a aussi programmé des cartes blanches, dont une confiée à Jackie Berroyer. Le comédien, qui a notamment sélectionné Lune Froide de Patrick Bouchitey, Exotica d’Atom Egoyan et La Vengeance est à moi de Shoei Imamura, sera présent pour expliquer ses choix.

Les tueuses en collants noirs et Boulevard des chattes sauvages

Les fans de cinéma japonais seront particulièrement gâtés car une demi-douzaine de films seront au menu de la sélection Hachimiri Madness, composée de films indés en 8mm « des années punk » - il y aura évidemment du Sono Sion dedans. Une rétrospective sera également consacrée à l’extravagante société de production nippone Nikkatsu. Nul doute que des titres tels que Les tueuses en collants noirs, Female Boss ou Boulevard des chattes sauvages intrigueront plus d’un béotien.

Une fois de plus l’Etrange festival se distinguera par son éclectisme en faisant cohabiter sur les écrans des œuvres grand public et d’autres plus radicales et clivantes. A chaque projection cependant les spectateurs doivent s’attendre à être surpris, amusés, bousculés, choqués, agacés, émerveillés… Voire, tout ça à la fois. Que celles et ceux qui ne jugent que par les films formatés passent leur chemin !