La BD «Les cahiers d'Esther» de Riad Sattouf devient un dessin animé sur Canal +

MULTIMEDIA La chaîne cryptée diffuse dès ce soir, en clair, l’adaptation animée de l’autre grand succès éditorial de l’auteur de « L’Arabe du futur »…

Olivier Mimran

— 

Esther et Riad Sattouf, son auteur
Esther et Riad Sattouf, son auteur — © R. Sattouf & Allary éditions / photo © Renaud Monfourny
  • Lancés en 2016, « Les cahiers d’Esther » racontent le quotidien d’une collégienne parisienne d’une dizaine d’années.
  • La série est inspirée des tranches de vie d’une vraie petite fille, qui les raconte chaque semaine à Riad Sattouf.
  • Trois albums ont déjà été publiés aux éditions Allary et totalisent plus de 350 000 exemplaires vendus.

20 Minutes a pu visionner deux des 50 épisodes des Cahiers d’Esther et constater combien le passage des bulles à l’écran est une réussite, l’adaptation initiée et coproduite par le studio drômois Folimage se révélant incroyablement à  la bande dessinée originelle.
Riad Sattouf y est pour beaucoup puisqu’il n’a accepté la proposition du studio qu’à condition de la coréaliser. « Je suis tellement maniaque avec mes BD, a-t-il récemment révélé à la presse française, que je ne voulais surtout pas que l’adaptation s’en éloigne ».

Les 3 tomes des « Cahiers d’Esther »

Des moyens considérables

Du coup, la production s’est donné les moyens de ses ambitions en consacrant un budget de 2,2 millions d’euros et en mobilisant une équipe d’une soixantaine de techniciens (c’est considérable en matière d’animation) durant près de 18 mois.

Quand à Riad Sattouf, qui est un réalisateur de cinéma confirmé (Les beaux gosses, Jacky au royaume des filles), il a choisi les comédiens et comédiennes qui ont doublé ses personnages - lui-même prêtant sa voix au papa d’Esther -, puis il a supervisé la trame sonore de chaque épisode. Artiste complet, il a même composé le générique de la série !

Étude pour le personnage d’Esther en dessin animé

« Un rythme très vif »

Chaque épisode reprend une planche de la BD originelle dans laquelle l’auteur essaie « de garder l’état d’esprit » de ce qu’Esther lui raconte, « en ne réinterprétant surtout aucun aspect de l’enfance, comme l’innocence ou une certaine cruauté ». Et ceci, en deux minutes chrono, générique compris. Le rythme est donc très élevé, notamment au niveau des dialogues débités à une vitesse étourdissante.

Interrogé par 20 Minutes, Riad Sattouf revendique ce parti-pris technique : « Je tenais à avoir un rythme très vif, c’est ce que je préfère. Ce rythme était induit par les enregistrements que je faisais pour guider l’animatique ». Car l’auteur hyperperfectionniste de L'arabe du futur a aussi, en préproduction, interprété tous les personnages de l’animation pour donner le ton du doublage définitif !

Extrait de la BD

En tout cas, la vraie Esther, elle, « a adoré le résultat final, même si elle aurait préféré interpréter son personnage » (ce qui n’était pas envisageable car elle a désormais 14 ans et sa voix n’est plus celle d’une petite fille). Riad Sattouf, lui, reconnaît avoir tellement apprécié cette expérience qu’il « aimerait bien refaire de l’animation ». Même si, a-t-il confié à 20 Minutes, « c’est un univers très différent de celui du cinéma et que l’animation est beaucoup plus lourde et compliquée à faire, avec de grosses équipes. »

On pense alors que L’arabe du futur, son plus gros succès éditorial à ce jour, ferait une série animée géniale. Mais quand on lui pose la question, l’auteur élude facétieusement d’un « Nous verrons bien si ce jour arrive ! Pour le moment, il me reste les livres à terminer ». De fait, un quatrième tome sort le 27 septembre… Mais comme la série ne devrait en compter que cinq, il est probable que le sujet soit étudié dans les mois à venir.
Surtout si Esther rencontre le succès espéré, dès ce soir, sur Canal +. Et c’est bien tout le mal que l’on souhaite à son auteur devenu, au gré de ses multiples créations, l’un des acteurs majeurs du divertissement hexagonal.

Les cahiers d’Esther - à partir du 3 septembre 2018 Sur Canal + (du lundi au jeudi à 20h55) - diffusion en clair