VIDEO. Netflix: Alyssa Edwards, star de «RPDR», va avoir sa série documentaire

POP CULTURE Le 5 octobre, Netflix mettra en ligne les huit épisodes de «Dancing Queen» dans laquelle les fans d'Alyssa Edwards découvriront la vie de l'homme qui se cache derrière la drag...

Fabien Randanne

— 

La drag queen Alyssa Edwards en juin 2016.
La drag queen Alyssa Edwards en juin 2016. — Aurora Rose/Shutterstoc/SIPA

Alyssa Edwards est l’une des candidates préférées des fans de RuPaul’s Drag Race, la cultissime compétition de drag queens lancée en 2009 sur la chaîne américaine gay Logo TV. Ses claquements de langue, sa marque de fabrique, résonneront bientôt dans Dancing Queen, une série documentaire qui sera en ligne le 5 octobre sur Netflix.

Les huit épisodes présenteront le quotidien de Justin Johnson, l’artiste texan de 38 ans qui incarne la fantasque Alyssa, dans sa vie privée et publique, des cours de danse qu’il donne au sein de sa compagnie à ses prestations scéniques en drag-queen.

« La perruque, c’est comme la cape du super-héros »

« Le pouvoir du drag est de donner du courage. La perruque, c’est comme la cape du super-héros », glisse l’artiste dans une bande-annonce dévoilée mercredi. Un court aperçu augurant d’un programme haut en couleurs et riche en émotions et dramas.

Alyssa Edwards a participé en 2013 à la cinquième saison de RuPaul’s Drag Race et s’est classée cinquième de la deuxième édition du All Stars – réunissant quelques-unes des candidates les plus emblématiques du show – en 2016. Elle s’est produite en juin à Paris avec d’autres drag-queens popularisées par l’émission, dans le cadre du Werq The World Tour. Alyssa Edwards est également au casting de Hurricane Bianca 2, comédie queer visible sur Netflix depuis le 15 août.

La onzième saison de RuPaul’s Drag Race est attendue dans les mois à venir sur la chaîne américaine VH1. Les saisons 6 à 9 sont disponibles en France sur Netflix.

>> A lire aussi : >> Lire aussi les témoignages de fans français: «Grâce à "RuPaul's Drag Race", j'ai pu faire la paix avec mon homosexualité»