Affaire Asia Argento: «Les violences sexuelles sont une question de pouvoir», réagit la fondatrice du mouvement #Metoo

JUSTICE Selon le « New York Times », Asia Argento aurait versé 380.000 dollars à un jeune homme pour qu’il abandonne son action en justice contre elle...

M.C.

— 

Tarana Burke, la fondatrice du mouvement #MeToo, à Los Angeles le 5 mai 2018.
Tarana Burke, la fondatrice du mouvement #MeToo, à Los Angeles le 5 mai 2018. — VALERIE MACON / AFP

« Les gens vont utiliser cette histoire pour discréditer le mouvement. Ne les laissez pas faire. » Tarana Burke, la fondatrice du mouvement #MeToo, a réagi lundi aux révélations du New York Times sur l’argent versé par Asia Argento au jeune homme qui l’accuse d’agression sexuelle.

« Nous sommes tous des humains imparfaits et nous devons tous être tenus responsables de notre comportement », estime Tarana Burke au sujet de l’actrice italienne, devenue une figure de proue du mouvement après ses accusations contre Harvey Weinstein.

« J’ai toujours dit que le mouvement #Metoo était pour tout le monde, poursuit Tarana Burke, y compris ces jeunes hommes courageux qui parlent maintenant. On sera toujours bouleversés quand on entend les noms de nos personnes préférées en lien avec des affaires de violences sexuelles, sauf si on commence à parler moins des individus et davantage du pouvoir.

« Les violences sexuelles sont une affaire de pouvoir et de privilège »

« Les violences sexuelles sont une question de pouvoir et de privilège, développe-t-elle. Peu importe si leur auteur est votre actrice, activiste ou professeur préféré, quel que soit son genre. »

Elle dit espérer qu'« à mesure que d’autres vont parler, en particulier des hommes, on se prépare à de difficiles conversations sur le pouvoir et l’humanité, le privilège et le préjudice. C’est moins un problème de crime et de châtiment que des blessures et de comment les prévenir. »

L’actrice Rose McGowan, autre accusatrice d’Harvey Weinstein et figure de #MeToo, a dit avoir le cœur brisé après les révélations du New York Times, tout en appelant à la « mesure ». L’avocat d’Harvey Weinstein a lui dénoncé « l’hypocrisie » d’Asia Argento.