VIDEO. Jeu vidéo, sérié télé, comics... Quel est le meilleur «Walking Dead»?

POP CULTURE Le jeu acclamé de Telltale est retour pour une quatrième et ultime saison...

V. J.

— 

Clémentine est de retour dans l'ultime saison du jeu narratif «The Walking Dead»
Clémentine est de retour dans l'ultime saison du jeu narratif «The Walking Dead» — Telltale Games

En quinze ans d’existence, The Walking Dead cumule déjà 30 volumes de comics, huit saisons de série, enfin 12 si l’on ajoute le spin-off, une dizaine de romans, et plusieurs jeux vidéo. Une franchise très lucrative, un phénomène de la pop culture, un sujet de débats inusable chez les fans… et bientôt la fin ? En effet, entre le ras-le-bol à peine dissimulé du dessinateur et le départ de la star de la série, The Walking Dead semble vivre ses dernières heures, ou années. Dernière preuve en date, le jeu vidéo de Telltale est revenu mardi avec le premier des quatre épisodes de son Ultime saison. Mais s’il ne devait en rester qu’un, lequel choisiriez-vous : le comics, la série ou le jeu ? On compte les points.

La série télé

La plus connue, la plus polémique aussi. Lâchée dans les audiences, par les fans et même par ses acteurs (Rick et Maggie quittent le navire la saison prochaine), la série d’AMC se traîne depuis plusieurs saisons tel un rôdeur. La faute aux nombreux épisodes de remplissage, à la mort des personnages comme seul enjeu narratif et aux psychodrames en coulisses. Si l’arrivée de  Negan a fait son petit effet, ce nouveau méchant n’a pas été non plus l’électrochoc attendu, et le show est retombé dans ses travers, qui font dire à beaucoup, nous les premiers, que c’est  Walking Dead de chez Dead. A moins que…

Le départ d’Andrew Lincoln peut en effet signer l’arrêt de mort de la série, ou son renouveau tant attendu. Il est l’occasion de s’affranchir une bonne fois pour toutes du comics, alors que la série ne faisait qu’emprunter des chemins de traverse jusqu’à maintenant. En faisant de Daryl, personnage créé pour la télé et chouchou des spectateurs, son nouveau héros, The Walking Dead peut trouver une nouvelle dynamique, une nouvelle identité et s’offrir une grande fin. A défaut d’avoir été une grande série.

Le comic book

Dans l’ombre de ses diverses adaptations, l’oeuvre originale continue son petit bonhomme de chemin, et parfois chemin de croix. Comme l’a répété son scénariste Robert Kirkman, Walking Dead est fait pour durer, pour ne jamais s’arrêter, à l’image de son monde d’apocalypse et de survie. Les communautés se font et défont, les menaces se suivent et se ressemblent (un peu), et les zombies sont toujours là, au fond derrière les grillages. Le comics peine ainsi à se renouveler depuis la guerre totale contre Negan, et encore moins à retrouver l’état de grâce de l’arc de la prison. Mais les auteurs semblent privilégier l’introspection à l’efficacité, à faire un portrait de l’humanité qu’une BD de morts-vivants. A l’image de la possible rédemption de Negan. Un choix très intéressant, mais une lecture moins convaincante.

Le jeu vidéo

Ils sont partout ! Qui ? Les jeux de zombies : Resident Evil, Left 4 Dead, Dying Light, Dead Rising, State of Decay, sans oublier le mode zombie, devenu un incontournable des Call of Duty ou Rainbow Six. The Walking Dead a forcément eu le droit à ses jeux de survie, d’un Survival Instinct de sinistre mémoire au prochain titre d'Overkill orienté FPS et coopération. Mais l’adaptation vidéoludique la plus marquante reste le jeu à épisodes du studio Telltale, auquel on doit également les récents jeux narratifs - leur signature - de Monkey Island, Game of Thrones ou Batman.

Le premier jeu de 2012 était une expérience d’empathie, de morale et donc d’émotion sans pareille, précurseur du chef d'oeuvre The Last of Us, et avait participé à faire de The Walking Dead une référence de la pop culture. La jeune Clémentine s’était imposée comme un des meilleurs personnages de la franchise, bien qu’inédite au jeu, malheureusement sous-exploitée dans les saisons suivantes. C’est donc un plaisir de la retrouver en tête d’affiche de cette Ultime saison, qui la place dans la peau de mentor et protectrice du petit AJ, en écho direct à la première aventure et au personnage de Lee.

Mais Clémentine reste une ado, et les autres personnages le sont aussi, ce qui donne à ce premier épisode des airs séduisants de Sa Majesté des mouches. Avec sa réalisation au top, son gameplay mis à jour et ses rebondissements - vraiment - inattendus, il reste trois épisodes à ce dernier jeu pour s’imposer comme le vrai Walking Dead.