Le PDG de la chaîne CBS ne sera pas poursuivi par la justice de Los Angeles

ENQUETE Le magazine «The New Yorker» a publié vendredi les témoignages de six femmes…

L.B. avec AFP

— 

Les Moonves, PDG de la chaîne CBS
Les Moonves, PDG de la chaîne CBS — Quasar/STAR MAX/IPx/AP/SIPA

Le PDG de la chaîne américaine CBS, Leslie Moonves, accusé de harcèlement et d’agression sexuelle par six femmes, ne sera pas poursuivi par la justice. Selon The Hollywood Reporter qui a contacté le bureau du procureur de Los Angeles, mardi, les faits sont prescrits.

L’une des femmes, au centre de l’affaire, accuse Leslie Moonves de l’avoir agressée sexuellement à trois reprises dans les années 1980, a indiqué le procureur. Selon le rapport de la cour que The Hollywood Reporter a consulté, « la victime a divulgué les deux derniers incidents à un ami environ un an avant [de se tourner vers la police] ».

Six femmes témoignent

Le magazine The New Yorker a publié vendredi les témoignages de six femmes. Parmi elles, quatre racontent que cet ancien acteur les aurait touchées ou embrassées de force. Trois d’entre elles ont témoigné à visage découvert.

Les accusations les plus anciennes remontent au milieu des années 1980, une époque ou Leslie Moonves n’avait pas encore rejoint CBS, qu’il a intégrée en 1995. Les allégations les plus récentes datent du début des années 2000. Plusieurs victimes présumées affirment aussi avoir été menacées par le dirigeant après qu’elles ont refusé ses avances et avoir été sanctionnées professionnellement.

Le dirigeant nie les faits de harcèlement, mais reconnaît des avances

Dans une déclaration transmise par CBS, le dirigeant de 68 ans, l’une des figures les plus incontournables de la télévision américaine, a reconnu avoir fait « il y a plusieurs décennies » des avances, qu’il « regrette immensément », à des femmes, mais estime ne s’être jamais livré à du harcèlement sexuel.

« J’ai toujours compris et respecté le fait que "non" voulait dire "non", et je me suis tenu à ce principe, a-t-il ajouté. Je n’ai jamais utilisé ma position pour causer du tort à la carrière de quelqu’un ou l’entraver. »