Vivendi va céder jusqu'à 50% d'Universal Music Group et acquérir Editis

MUSIQUE Concernant Universal, il s’agit pour Vivendi de trouver « un ou plusieurs partenaires stratégiques » afin de « permettre à UMG d’amplifier sa valorisation »...

L.B. avec AFP

— 

Logo de Vivendi, pris en photo le 26 février 2013 à Paris
Logo de Vivendi, pris en photo le 26 février 2013 à Paris — Eric Piermont AFP

Le géant des médias Vivendi a annoncé lundi vouloir céder jusque 50 % du capital d’Universal Music Group (UMG). Il est entré parallèlement en négociations exclusives pour acquérir le groupe d’édition Editis. Concernant Universal, il s’agit pour Vivendi de trouver « un ou plusieurs partenaires stratégiques » afin de « permettre à UMG d’amplifier sa valorisation », a-t-il expliqué dans un communiqué en marge de ses résultats semestriels.

Le groupe, qui avait envisagé un temps l’introduction en Bourse d’UMG, a finalement écarté cette possibilité du fait de « sa complexité » et se donne 18 mois, après le lancement de l’opération à l’automne, pour trouver les partenaires idéaux.

Editis, deuxième groupe d’édition français

En parallèle, le géant des médias souhaite prendre pied dans l’édition en mettant la main sur 100 % du capital d’Editis, deuxième groupe d’édition français qui possède notamment les maisons telles que Nathan, Robert Laffont, Plon ou encore Bordas et Le Cherche Midi.

Le groupe a annoncé être entré en négociations exclusives avec l’espagnol Grupo Planeta en vue d’une cession, qui pourrait se faire sur la base d’une valeur d’entreprise retenue de 900 millions d’euros. « L’acquisition d’Editis constituerait une étape majeure dans la construction d’un groupe intégré centré sur les médias, les contenus et la communication », a expliqué Vivendi dans son communiqué. Ces deux opérations ont été annoncées en même temps qu’un bénéfice net en recul de 6,3 % à 165 millions d’euros au premier semestre, où Vivendi a notamment déprécié sa participation dans Telecom Italia.

Universal Music Group a représenté plus de 40 % du chiffre d’affaires

Le groupe présidé par Yannick Bolloré, fils du premier actionnaire Vincent Bolloré, a réalisé un chiffre d’affaires de 6,46 milliards d’euros sur le premier semestre, en hausse de 18,3 % mais légèrement en retrait par rapport à la moyenne des prévisions des analystes sondés par le fournisseur de services financiers Factset.

UMG a représenté un peu plus de 40 % du chiffre d’affaires du groupe en réalisant 2,63 milliards d’euros entre janvier et juin, un montant en baisse de 1,4 % (+6,8 % à périmètre et taux de change constants).