Jack Lang dénonce les frais de sécurité imposés aux festivals par le ministère de l'Intérieur

REMBOURSEMENT Les officiers de sécurité sont désormais omniprésents sur tous les festivals en raison de l’élévation de la menace terroriste...

L.Br.

— 

Le festival de musique metal Hellfest, le 22 juin 2018.
Le festival de musique metal Hellfest, le 22 juin 2018. — LOIC VENANCE / AFP

Jack Lang était l’invité du Grand Entretien ce mardi sur France inter. A cette occasion, il a défendu les festivals confrontés à une augmentation « hallucinante » de leurs frais de sécurité.

Les officiers de sécurité sont désormais omniprésents sur tous les festivals en raison de l’élévation de la menace terroriste. Pour la sécurité des festivaliers, policiers et gendarmes sont mis à disposition par l’Etat, qui demande ensuite aux festivals de rembourser des « frais de sécurité de plus en plus hallucinants, en termes de montants », accuse Jack Lang.

800 % d’augmentation pour les Eurockéennes

« Pour certains c’est supportable, pour d’autres c’est la mort. Et même pour ceux qui résistent, par exemple les Eurockéennes [de Belfort], c’est, paraît-il, je n’arrive pas à la croire, 800 % d’augmentation des dépenses de sécurité », avance le président de l’Institut du monde arabe.

La faute revient à l’Etat, selon Jack Lang, selon qui la politique du gouvernement « entraîne les collectivités territoriales à se retirer » du financement des festivals. « Je ne comprends pas que Gérard Collomb qui a été un bon maire pour la culture, soit un aussi désastreux ministre pour les arts », se désole-t-il. L’ancien ministre de la Culture appelle à modifier « absolument » cette mesure, en tenant compte de la situation économique et culturelle de ces événements.

>> A lire aussi : Terrorisme. Les Français trouvent les évènements en plein air insuffisamment sécurisés

>> A lire aussi : Sécurité des lieux culturels. Le gouvernement va créer une «cellule» dédiée

>> A lire aussi : Côte d'Azur: Quand les festivals résonnent dans des lieux silencieux