Japan Expo 2018: «Promised Neverland», «To Your Eternity», «Moriarty»... Les cinq shônen mangas du moment

MANGA La 19e édition de Japan Expo s'ouvre jeudi sous le signe du shônen...

Vincent Julé

— 

«The Promised Neverland», «To Your Eternity», «Moriarty»... Des shônen mangas à lire pour Japan Expo (et pour l'été)
«The Promised Neverland», «To Your Eternity», «Moriarty»... Des shônen mangas à lire pour Japan Expo (et pour l'été) — Yakusoku No Neverland © 2016 by Kaiu Shirai-Posuka Demizu-Shueisha Inc. / Miyoshi Hikaru-Shueisha / Fumetsu No Anata © Yoshitoki Oima-Kodansha Ltd.

De Dragon Ball à Naruto en passant par GTO, le shônen est souvent considéré comme le genre roi du manga, à destination des jeunes garçons et en contraste avec le shôjo pour les filles ou le seinen pour les adultes. S’il peut bien sûr être lu par tous et toutes et qu’il existe une forte perméabilité entre ces catégories, le shônen règne toujours en maître sur le marché, avec l’incontournable et indétrônable One Piece, le phénomène L’Attaque des Titans, l'héritier My Hero Academia ou le carton One Punch Man.

Pour sa 19e édition du 5 au 8 juillet au Parc des expositions de Paris-Nord Villepinte, Japan Expo accueille d’ailleurs plusieurs auteurs de shônen : Atsushi Ohkubo pour Fire Force, Nicke pour Beyond the Clouds, mais pas Buichi Terasawa, son invité d’honneur et créateur de Cobra, contraint d’annuler sa vue pour raisons de santé. Les visiteurs pourront se réconforter avec un focus sur le space opera, l’anniversaire des 20 ans de la série culte Cowboy Bebop, et ce petit top des meilleurs shônen du moment concocté par 20 Minutes.

The Promised Neverland

Grace Field House. Dans cet orphelinat, les enfants coulent des jours heureux, sous la bienveillance de leur « Maman ». Mais un soir, Emma, Norman et Ray découvrent la réalité et l’horreur derrière leurs vies a priori paisibles. Ils doivent s’échapper.

Bien que prépublié dans le magazine historique Weekly Shonen Jump, The Promised Neverland n’a rien d’un shônen classique avec ses grandes aventures, ses combats dantesques et son fameux « nekketsu ». Non, le titre bascule rapidement - et son dessin avec - dans le conte dark et cruel, reprenant et détournant les codes du survival, très en vogue dans le manga (King’s Game, Btoom, Monkye Peak). Tiré à 100.000 exemplaires (un record), le premier tome s’est classé directement en tête des ventes.

The Promised Neverland, de Kaiu Shirai & Posuka Demizu (Kazé)

Moriarty

Du dessin animé culte de Miyazaki aux récentes séries contemporaines (la britannique Sherlock et l’américaine Elementary), on ne compte plus les adaptations de Sherlock Holmes. Il existe déjà plusieurs mangas, sans oublier les 93 tomes et enquêtes de Détective Conan. Et sa Némésis Moriarty ? Un manga éponyme propose d’épouser son point de vue et de raconter son histoire dans l’Angleterre victorienne. Orphelin recueilli avec son frère par une famille de la haute, William James, devenu Moriarty et professeur, mettra son intelligence au service de la justice du peuple, contre l’aristocratie.

De génie du mal à l’antihéros, il n’y a qu’un pas que le scénariste Ryosuke Takeuchi franchit allégrement, aidé par le chara design androgyne du dessinateur Hikaru Miyoshi. C’est bien vu et bien mené, et ce serait encore mieux s’ils faisaient de Sherlock, encore aux abonnés absents, le grand méchant de l’histoire.

Moriarty, de Ryosuke Takeuchi & Hikaru Miyoshi (Kana)

To Your Eternity

Une mystérieuse entité débarque sur Terre et prend la forme d’une sphère, puis d’une pierre et enfin d’un loup, à la rencontre d’un jeune garçon vivant seul dans une ville fantôme et enneigée. Après un premier long et touchant chapitre, difficile de savoir à quel genre de manga appartient To Your Eternity, et quelle direction va prendre l’histoire. A raison. Dès le chapitre suivant, les personnages changent, car notre être immortel change de forme, s’adapte, évolue, expérimente la vie, la mort, le langage, la violence, l’identité…

Dis comme ça, c’est ambitieux, mais la jeune mangaka Yoshitoki Oima (A Silent Voice) parvient à rendre ce voyage, volume après volume, palpitant et poétique. Et à renouveler le shônen sans pour autant le trahir. Elle sera à Japan Expo, et bientôt dans 20 Minutes.

To Your Eternity, de Yoshitoki Oima (Pika)

Versus Fighting Story

Alors que l'esport est partout, Glénat édite le premier manga consacré au versus fighting. Max Volta est à la tête d’une équipe de joueurs pro sur Street Fighter V, mais son arrogance va le faire tomber de son piédestal. Versus Fighting Story raconte sa chute et sa renaissance, ainsi que les coulisses d’une discipline méconnue.

Si ce manga français veut s’adresser à tous, ce sont surtout les aficionados, joueurs de salles d’arcade et clients des boutiques de République à Paris, qui apprécieront le plus cette histoire, entre exigence et nostalgie. Les auteurs seront à Japan Expo, avec d’autres mangakas français comme le surdoué Tony Valente pour Radiant ou les nouveaux talents Samatha Bailly et Miya (Alchimia), les frères Lemaire (Dreamland et Everdark), Chistrophe Cointault (Tinta Run)…

Versus Fighting Story, de Izu, Kalon & Madd (Glénat)

Assassination Classroom

Après Fairy Tail, un autre shônen tire sa révérence pour Japan Expo. Ce vendredi marque la sortie du 23e et dernier tome d’Assassination Classroom, et donc le départ de M. Koro. Mais si ! M. Koro... Cette créature étrange et tentaculaire qui demande à devenir le professeur d’une classe de collège et que ses élèves essaient par tous les moyens d’assassiner sinon elle détruit la Terre !

On ne donnait pas cher de ce pitch absurde, et pourtant, Yûsei Matsui aura réussi à le dépasser, à s’éclater et même à émouvoir. Assassination Classroom se révèle ainsi une des plus récentes et éclatantes incarnations du shônen, et une des meilleures ventes en France et au Japon.

Assassination Classroom, de Yûsei Matsui (Kana)

>> Hiro Mashima, auteur de «Fairy Tail»: «L'âge d'or du shônen manga est fini, mais nous sommes aujourd'hui lus dans le monde entier»

 

Mots-clés :