VIDEO. PNL: Trois enseignements à tirer du clip «A l’ammoniaque»

MUSIQUE Après des mois et des mois d’attente, le binôme a enfin dévoilé le nouveau titre de son prochain album, et son clip ultra stylé…

C.W.

— 

Image extraite du clip «A l'ammoniaque» de PNL.
Image extraite du clip «A l'ammoniaque» de PNL. — Capture d'écran YouTube

Peut-on directement leur décerner le titre du clip français de l’année ? Vendredi à 20 heures, PNL a mis fin à des mois et des mois d’attente fébrile. Près d’un an et demi après la sortie de leur dernier album Dans la légende, les deux frères ont dévoilé leur tout nouveau titre intitulé A l’ammoniaque, ainsi que le superbe clip qui l’accompagne.

Ce lundi, moins de 72 heures après avoir été dévoilée, la vidéo comptabilisait déjà plus de 8.5 millions de vues sur YouTube. Un retour magistral, et tout en mélancolie, dont on peut déjà tirer quelques enseignements.

Ils ne sont jamais là où on les attend

Après un cycle de très longs clips, à la limite du court-métrage, le duo des Tarterêts a quitté les barres d’immeuble du 9-1 pour des étendues désertiques et des eaux agitées. Un clip vertigineux signé par leurs acolytes Kamerameha et Mess, mais aussi par Kim Chapiron, réalisateur de Sheitan, Dog Pound ou encore La crème de la crème. Un univers beaucoup plus onirique que les clips précédents, qui enchaîne les plans larges et les travellings, avec des séquences sombres, ensablées et tout en introspection. Un clip ultra léché dans lequel on découvre aussi l’amour d’Ademo pour nos amis les chevaux.

De l’autotune, mais pas seulement

Soyons francs, oui, haters de l’autotune, passez votre chemin, au risque de vous retrouver en PLS. A l’ammoniaque remplit toutes les cases de la pâte PNL : vocodeur, voix et instrus planantes. Mais ce n’est pas tout. Sur ce titre, les deux frères ont misé sur de la guitare espagnole (avec un petit côté western), sur du chant (oui, ils chantent), et sur des paroles truffées de mélancolie (avec presque pas de gros mots). « Pourquoi t’as dit "je t’aime" au pif ?/On est malheureux sous les griffes/J’ai patienté pour m’sentir vivre/Donne-moi du temps, j’en f’rai du biff/En attendant demain m’enivre ». Gros spleen du côté d’Ademo et N.O.S, comme quoi le manque de vitamine D hivernal n’a épargné personne…

Tout se mérite

Et surtout PNL. Il aura fallu patienter quasiment deux ans avant de découvrir un nouveau son du binôme. Une attente insoutenable pendant laquelle les fans ont élaboré les théories les plus folles, pensant décrypter dans chaque Snap ou Insta des deux frères, d’éventuelles dates de sortie d’album. Et A l’ammoniaque n’a pas fait exception. Au fil du clip, les regards attentifs ont noté une certaine récurrence du nombre 27, et le teasing d’un titre inédit à la toute fin de la vidéo. Une sortie d’album le 27 juillet ? Pas d’emballement, selon le site booska-p.com, il ne s’agirait que du numéro du bâtiment où les deux frères squattaient. Encore un peu de patience, donc. Mais comme on dit, plus c’est long…

Mots-clés :