Candidat à l'Académie française, Frédéric Mitterrand n'a pas été adoubé par ses pairs

RATE L'ancien ministre de la Culture n'a pas été retenu pour remplacer le dramaturge Michel Déon...

C.B.

— 

Frédéric Mitterrand, le 14 juin 2017 à Paris.
Frédéric Mitterrand, le 14 juin 2017 à Paris. — PJB/SIPA

Le fauteuil restera vide. Les Immortels n’ont pas réussi à se mettre d’accord pour trouver un successeur à Michel Déon, écrivain et dramaturge élu à l’Académie française mort en 2016. Et parmi les onze candidats déçus, l’ancien ministre de la Culture Frédéric Mitterrand n’a séduit que onze personnes sur trente à l’issue du troisième tour.

« Aucun candidat n’ayant obtenu la majorité, l’élection est blanche et reportée à une date ultérieure », a indiqué l’Académie française dans un communiqué. Quant à la date en question, elle n’a pas encore été fixée. Outre Frédéric Mitterrand, s’étaient présentés l’ancien président d’Arte Jérôme Clément (3, 6 puis une voix au dernier tour), l’ancien président de la Bibliothèque nationale de France Bruno Racine (8, 7, puis 8 voix) et l’écrivain François Taillandier (2, 2 puis 3 voix). Les autres candidats n’ont obtenu aucun suffrage.

Seuls 36 fauteuils sur 40 occupés

Il y a eu 2 bulletins blancs au premier tour et aucun aux deux tours suivants. Les bulletins marqués d’une croix (signifiant le refus de tous les candidats) ont été au nombre de 4 aux deux premiers tours et de 7 au dernier tour. L’Académie française compte 40 membres mais seuls 36 fauteuils sont occupés aujourd’hui.