VIDEO. La chanteuse Mennel reçoit insultes et des menaces de mort après avoir fait un tutoriel sur ses turbans...

MUSIQUE Sur Instagram, l’ancienne candidate de « The Voice » a posté un message pour dénoncer la violence de ces messages sur les réseaux sociaux. Et Youtube a du désactiver les commentaires pour sa vidéo tutoriel sur la façon de nouer son turban…

C.W.

— 

Mennel Ibtissem lors des auditions à l'aveugle de la saison 7 de «The Voice».
Mennel Ibtissem lors des auditions à l'aveugle de la saison 7 de «The Voice». — Franck Castel/TV/ Bureau233

« Je passe au dessus parce que je ne compte pas me rabaisser à ce niveau-là ». Sur Instagram samedi, Mennel Ibtissem, ancienne candidate de The Voice qui a quitté l’aventure face à une vive polémique, a posté une longue story « coup de gueule ». Elle y dénonce les messages d’insultes et des menaces de mort dont elle est victime.

 

« Ça peut détruire des vies »

« Sur les réseaux sociaux comme vous le savez, je reçois beaucoup de messages, et aussi des messages extrêmement violents », révèle-t-elle, ajoutant qu’elle « n’a pas envie que cela arrive à d’autres filles ». Elle dévoile alors l’un de ces messages, particulièrement violent et haineux. « Fracassons-lui la mâchoire », « massacrons-lui sa sale gueule d’arabe », « sale pute musulmane », peut-on notamment y lire, déposé à la suite d’une vidéo tutoriel sur la façon de nouer son turban, qu’elle avait postée sur Youtube. Youtube a du désactiver les commentaires sur cette vidéo à la suite du déferlement de haine.

« Je tiens à dire que c’est inadmissible, que je ne les cautionne pas du tout mais je passe au dessus parce que je ne compte pas me rabaisser à ce niveau-là », explique-t-elle. « Moi j’ai 23 ans, mais je pense à des filles plus jeunes que moi, ça peut détruire des vies », ajoute-t-elle.

 

En février dernier, Mennel avait pris la décision de quitter l’aventure The Voice face à une vive polémique, alimentée largement par la fachosphère qui a exhumé des messages relayant des thèses complotistes qu’elle avait postées sur Twitter et Facebook au lendemain de l’attentat de Nice, en juillet 2016. Des propos pour lesquels elle a présenté ses excuses.