E3 2018: «Assassin's Creed», «The Last of Us», «Gears»... Les héroïnes sont partout (et c'est tant mieux)

JEU VIDEO Les femmes étaient plus présentes sur les écrans que sur scène ou dans le public...

De notre envoyé spécial à Los Angeles, Vincent Julé

— 

«The Last of Us Part 2» met de nouveau en scène la jeune Ellie
«The Last of Us Part 2» met de nouveau en scène la jeune Ellie — Sony

Le jeu vidéo a bien sûr déjà eu des héroïnes, à commencer par l’iconique Lara Croft, tout en mini-short et gros polygones lors de sa création il y a 20 ans et aujourd’hui aventurière pure et dure dans le futur Shadow of the Tomb Raider. Mais elles n’auront jamais été aussi nombreuses, et moins stéréotypées, que lors de cet E3 2108, grand-messe annuelle du jeu vidéo à Los Angeles. Tout au long de cette semaine de conférences et de jeux, les femmes se sont imposées sur les écrans, à défaut d’être sur la scène (une chez Xbox, deux chez Ubisoft et... c’est tout) ou dans le public, encore en grande majorité masculin - alors que presque la moitié des joueurs sont des joueuses.

Une parité parfaite dès le début du jeu

Battlefield V, The Division 2, Call of Duty : Black Ops 4… Ces jeux de tir et de guerre ont tous une femme à leur casting. Même le bourrin, pour ne pas dire burné, Gears of War s’y est mis, puisque Gears 5 se focalisera sur la non moins badass Kait Diaz, tandis que le prochain DLC de Wolfenstein proposera d’interpréter les jumelles du héros BJ Blazkowicz. Si Assassin’s Creed avait déjà eu des femmes comme personnages principaux dans Syndicate et Liberation, le nouvel épisode Odyssey offre une égalité et parité parfaites dès le début du jeu avec le choix entre Alexios et Kassandra, tous deux mercenaires et descendants du roi Leonidas.

Au détour d’un plan de bande-annonce, toute la problématique de la représentation peut aussi éclater, comme dans le trailer de la mise à jour Marching Fire du jeu For Honor : un guerrier enlève son casque et se révèle une femme. On est surpris, alors qu’on ne devrait pas. Ou plutôt, on ne devrait plus, à une époque où  il est prouvé que de grands chefs vikings étaient des femmes.

Continuer à bouger les lignes

Guerrière, soldat, mercenaires ou gangster, les femmes sont surtout des hommes comme les autres dans le jeu vidéo, du fait de l’emprise du jeu d’action sur l’industrie. Mais un personnage comme Ellie dans The Last of Us, jeune héroïne lesbienne, continue de faire bouger les lignes. Dans le trailer de la suite dévoilé à l’E3, elle embrasse son amie dans un moment d’appréhension et de vérité, avant de devoir, par un jeu d’ellipse, égorger un assaillant dans un moment de survie et de violence. Une métaphore pour dire que tout n’est pas gagné ?