Chine: Une exposition sur le Mai-68 français interdite à Pékin

CENSURE « L’art c’est vous ! Les années 68 en France » devait s’ouvrir jeudi dans la capitale chinoise et présenter des photos, affiches et caricatures ayant marqué le mouvement contestataire…​

20 Minutes avec AFP

— 

Lors de l'occupation de la Sorbonne, en mai 1968. Mao Tsé-toung, était le héros de certains manifestants.
Lors de l'occupation de la Sorbonne, en mai 1968. Mao Tsé-toung, était le héros de certains manifestants. — ARCHIVES / AFP

Comment dit-on « Il est interdit d’interdire ! » en mandarin ? Une exposition sur Mai 68 préparée par l’ambassade de France en Chine n’ouvrira pas ses portes à Pékin, le régime communiste n’ayant pas donné son feu vert.

L’exposition L’art c’est vous ! Les années 68 en France devait être inaugurée ce jeudi au Centre Ullens pour l’art contemporain. Les visiteurs y auraient admiré de nombreuses photos du mouvement étudiant, ainsi que des affiches et des caricatures de l’époque.

Des affiches dérangeantes pour le régime communiste

Certains documents étaient susceptibles de déplaire au régime communiste, notamment des représentations satiriques du général de Gaulle, révéré en Chine pour avoir reconnu la République populaire en 1964. D’autres dessins montrant Mao Tsé-toung, héros de certains militants français de Mai 68, avaient peu de chances de passer le filtre de la censure, Pékin n’autorisant pas les représentations indépendantes des dirigeants communistes.

Une responsable du département des échanges d’expositions avec l’étranger au ministère chinois de la Culture a simplement indiqué que la décision avait été prise à la suite d’une visite d’un comité d’experts qui, « compte tenu de divers facteurs, (...) pensent qu’il ne convient pas de tenir une telle exposition ».

Le régime chinois réprime sévèrement toute velléité d’opposition et se méfie des mouvements contestataires, particulièrement en juin, mois anniversaire de la répression du mouvement démocratique de la place Tiananmen à Pékin en 1989, qui a fait des centaines, voire des milliers de morts.