Google: Coup de pub ou coup de pression? La vraie histoire derrière l’emoji salade verte

LANGAGE Coup de théâtre, Google a retiré son oeuf dur de sa salade... 

L.B.

— 

L'émoji salade verte a perdu son oeuf.
L'émoji salade verte a perdu son oeuf. — GOOGLE
  • Google a annoncé avoir retiré l'oeuf de son émoji salade verte. 
  • Derrière un coup de com' pour plaire aux végans, Google cherche surtout à se conformer à la descrition unicode. 
  • Les vegans ont-ils fait pression sur Google? C'est assez peu probable...

Quand on retire l’oeuf de l’émoji salade verte, le Web s’agite. En début de semaine, les 157 nouveaux émojis, annoncés en février par le Consortium Unicode, l’organisation qui coordonne le standard informatique d’échanges de texte, ont été publiés. Alors qu’on a découvert les pictogrammes aux cheveux roux, blancs, bouclés, coup de théâtre dans le monde des émojis. Google a annoncé le retrait d’un ingrédient majeur de sa salade verte : l’œuf dur. Derrière cette décision, un symbole de taille pour la firme de Mountain View (ou pas).

Jennifer Daniel, la responsable du design des émojis chez Google a affirmé sur Twitter que le sujet de « l’inclusion et de la diversité est très important chez Google ».

« Cela en fait une salade vegane plus inclusive », reprend-elle avant de faire machine arrière quelques heures plus tard dans une autre publication. « Je veux juste préciser que le but du changement de design de l’émoji salade était de créer une image plus fidèle à la description de l’Unicode ». Coup de pub ou coup de pression d’un lobby pro-salade sans œuf ? Quelle est la vraie histoire de la composition de la recette ?

« Un bol de salade saine, contenant de la laitue »

Si certains groupes tentent parfois de faire pression pour introduire de nouvelles représentations sur nos appareils numériques -on pense à Taco Bell qui avait lancé une pétition pour la création de l’émoji taco ou aux roux qui en avaient lancé une autre en 2015-, les végans ne semblent pas avoir joué un très grand rôle dans cette décision. Google s’est plutôt conformé aux autres car, ni Facebook, ni Apple, ni Twitter ne s’étaient autorisé cette extravagance dans la recette [il ne s’agissait pas d’une salade niçoise, non mais].

L’émoji « green salad » est arrivé en 2016 et la description donnée par Unicode ne parlait pas d’oeuf : « un bol de salade saine, contenant de la laitue, de la tomate et d’autres articles de salade comme le concombre ». Depuis quelques années, le Consortium Unicode, qui s’occupait à l’origine de coder toutes les écritures du monde, se penche sur la standardisation des pictogrammes. Des ingénieurs, linguistes et délégués de grands groupes décident du destin de tel ou tel pictogramme dans « une salle de conférences de la Silicon Valley », décrit  une enquête du Figaro parue en 2016.

« A partir du moment où un nouvel émoji est validé, les plateformes comme Google, Apple, Facebook peuvent le représenter comme ils veulent. Pour moi, il s’agit plutôt d’un coup de publicité », analyse Rachel Panckhurst, maître de conférences en linguistique-informatique à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. Le géant du Web s’est plutôt mis en accord avec l’institution et a tenté de s’attirer les faveurs des vegans par la même occasion.

« Avoir l’air plus cool »

« Google cherche à s’imposer au niveau communicationnel en disant quelque chose de très anodin », poursuit-elle. Et Virginie Bejot, chef de projet Web à la direction du développement numérique d’Arte France, lui emboîte le pas. « C’est un coup de com’pour avoir l’air plus cool. Comme Apple qui a changé son pistolet pour se positionner contre la violence ». En 2016, la firme à la pomme croquée a transformé son revolver par un pistolet à eau vert fluo pour marquer sa position sur le port d’armes, sujet brûlant aux Etats-Unis.

Mais, si anecdotique cette décision soit-elle, les végans pourraient préférer utiliser une salade sans œuf pour communiquer. « L’identification est très importante, on veut un émoji qui nous ressemble », reprend Rachel Panckhurst. De là à penser qu’ils pourraient changer de portable pour un œuf dur… C’est une limite qu’on ne franchira pas.