Du brun au blond... Conchita Wurst est-elle en train de «tuer» son personnage?

POP CULTURE Célèbre dans le monde entier depuis sa victoire à l'Eurovision 2014, la drag queen autrichienne a depuis singulièrement fait évoluer son look...

Fabien Randanne

— 

Conchita Wurst à l'Eurovision 2014, à la Berlinale 2017 et au Life Ball de Vienne 2018.
Conchita Wurst à l'Eurovision 2014, à la Berlinale 2017 et au Life Ball de Vienne 2018. — Rolf Klatt/REX/REX/SIPA - WP#ECAF/WENN.COM/SIPA - babiradpicture/F.Altmann/SIPA
  • Conchita Wurst est un personnage de drag-queen incarnée par Tom Neuwirth et qui a remporté en 2014 l’Eurovision pour l’Autriche avec la chanson « Rise Like A Phoenix ».
  • Samedi, au Life Ball - un événement caritatif permettant de lever des fonds pour la lutte contre le VIH - de Vienne (Autriche), l’artiste a créé la surprise en apparaissant avec une chevelure blonde inédite.
  • Depuis plusieurs mois, Tom Neuwirth, interviewé en tant que Conchita Wurst, n’hésite plus à vêtir son double de scène dans le vestiaire masculin. Son nouvel album étant prévu pour l’automne, on peut se demander comment l’artiste se présentera.

Sa blondeur n’est pas passée inaperçue. Samedi, Conchita Wurst a surpris tout le monde en arborant une perruque platine sur le tapis rouge du Life Ball à Vienne (Autriche). Beaucoup n’y ont vu qu’un changement de look tape-à-l’œil alors qu’il s’agit sans doute d’un choix bien plus conscient de prendre ses distances avec la « Conchita d’avant ».

En postant une photo de sa tenue et de sa coiffure du soir sur Instagram, l’artiste avait ajouté en mot-clé « Lady Oscar », en référence à la protagoniste androgyne – inspirée du chevalier d’Eon – de la série d’animation japonaise du même nom. Une manière pour elle de signifier qu’elle est toujours prompte à s’amuser du mélange des genres (dans tous les sens du terme) et à naviguer entre le féminin et le masculin, mais qu’elle refuse de se laisser enfermer par son personnage avec lequel elle a remporté l’Eurovision en 2014.

« Je ressens l’envie de créer un nouveau personnage »

Samedi soir, on l’a ainsi vu entrer dans la peau de la Maria von Trapp de La Mélodie du bonheur, le Life Ball ayant choisi de rendre hommage à cette comédie musicale. Elle s’est présentée à la foule avec une tenue et une autre perruque, toujours blonde, comme un sosie de Julie Andrews qui l’a jouée dans l’adaptation cinématographique de 1965.

Un rôle temporaire cohérent avec ce que déclarait la star autrichienne au Welt am Sonntag l’an passé : « Je ressens l’envie de créer un nouveau personnage », disait-elle allant jusqu’à confier qu’elle envisageait de « tuer » Conchita Wurst.

Parfois décrite, à tort, par les médias comme une personne trans, Conchita Wurst est une drag-queen, c’est-à-dire un personnage construit autour des stéréotypes et attributs féminins, incarné par Tom Neuwirth, qui n’a pas l’intention de se laisser phagocyter par la créature née de son imagination.

« J’ai célébré ma part féminine ces dix dernières années, depuis que j’ai commencé à faire du drag. (…) J’ai compris que ce personnage de scène que j’ai créé me permet d’aller dans plein de directions différentes et j’évolue au gré de mes inspirations. J’ai commencé en étant une diva dans une robe dorée, maintenant, je suis plutôt un artiste drag barbu en bottes », confiait-il à The Independant en avril.

Hulk Hogan aux paupières maquillées

« Je pense que les lignes [entre Conchita et Tom] sont plus floues qu’elles ne l’étaient avant, poursuivait-il dans les colonnes du quotidien britannique. A l’époque de ma victoire à l’Eurovision, j’étais très clair sur les délimitations et sur la manière dont il fallait s’adresser à moi. Je voulais qu’on dise "elle" et "elle a dit", "elle a fait", dès lors que j’étais vêtu en Conchita. Tout le monde a suivi cette règle. Avec le temps, j’ai évolué et suis devenu de plus en plus à l’aise dans ma peau. Je fais et je m’habille en fonction de ce que je ressens sur le moment et maintenant, je vais vers un look plus masculin, probablement plus proche de qui je suis dans le privé, dans ma vie de tous les jours en tant que Tom. »

Trois (auto)portraits postés sur le compte Instagram de Conchita Wurst.
Trois (auto)portraits postés sur le compte Instagram de Conchita Wurst. - Armin Morbach - Andre Karsai - Conchita Wurst

Une mue que l’on peut observer sur son compte Instagram où, d’un photoshoot à l’autre, l’artiste va piocher pantalons et chemises dans le vestiaire hommes, prend des poses considérées comme viriles ou s’amuse d’une « ressemblance » avec le catcheur Hulk Hogan en commentaire d’une photo. Sur cette même image, la star porte un T-shirt « Dom Top », autrement dit « dominant top », autrement autrement dit, « l’actif [celui qui pénètre] dominant ». Là encore, une manière de jouer avec les étiquettes et les préjugés pour mieux les envoyer balader. Ou valser, puisqu’on parle d’Autriche. D’ailleurs, son nouvel album, annoncé pour cet automne, s’intitulera From Vienna With Love (Bons baisers de Vienne). Lira-t-on « Conchita Wurst » sur la pochette ?